1 min de lecture Le fait politique

L'affaire Woerth

Au Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, Eric Woerth s'est défendu de toute intervention en faveur de Liliane Bettencourt. Vous a-t-il convaincu ? La chronique d'Alain Duhamel.

Alain Duhamel
Alain Duhamel Journaliste RTL

Eric Woerth est un bon ministre, un des meilleurs. Alors, on est d'accord ou pas avec la réforme des retraites qu'il propose, mais en tout cas, tout le monde reconnaît qu'il fait bien son travail. Il est fortement soutenu et par Nicolas Sarkozy et par François Fillon. L'ennui, c'est qu'il l'est en tant que ministre du Travail, alors qu'il est mis en cause en tant qu'ancien ministre du Budget. Et, qu'à force d'être au coeur d'une polémique comme ancien ministre du Budget, ça retentit forcément sur son autorité dans la gestion de la réforme des retraites.
Il suffisait de l'écouter, hier, au Grand Jury-RTL-Le Figaro-LCI. C'était un exemple de dialogue de sourds. C'est-à-dire, qu'on avait l'impression que chaque question qui lui était posée l'offusquait. Quelquefois, presque, l'injuriait, et que toutes les réponses qu'il donnait, frustraient les journalistes qui l'interrogeaient et même, quelquefois, les choquaient. D'ailleurs, si on reprend les principaux points :

Eric Woerth a été - est toujours - membre du gouvernement et trésorier de l'UMP : c'est parfaitement légal. Mais est-ce raisonnable ? Est-ce raisonnable, par exemple, d'inviter à dîner Nicolas Sarkozy et des grands donateurs et, ensuite, d'avoir la tutelle sur, bien entendu, ces grands contribuables. Est-ce bien raisonnable d'être le ministre du Budget et d'avoir sa femme qui est une des gestionnaires de la fortune - sûrement honnête, ce n'est pas la question - mais une des gestionnaires de la fortune d'une des plus grandes et des plus symboliques fortunes de France. Si c'était Olivier Besancenot qui avait écrit le scénario, on dirait : il exagère.

Bien entendu, Eric Woerth a tout à fait le droit de dîner avec un membre de la famille Peugeot. Ca n'a rien de scandaleux en soi. Je dirais que c'est même assez naturel dans l'ordre des choses. Mais fait-on des choses comme cela quand il y a eu un cambriolage, quand il y a eu des contestations sur les conditions dans lesquelles on demande des indemnisations à sa société d'assurances ? Tout cela n'est pas simplement mal élevé - c'est mal élevé, bien entendu - mais, par-dessus le marché, c'est de l'inconscience. C'est au-delà de l'imprudence. C'est de l'inconscience.

A gauche, François Hollande réclame le maximum de transparence ? Il a raison ?

Évidemment qu'il a raison. Et ce qui est bien, et qui est loin d'être le cas de tous ses camarades, de tous ses alliés, il le fait sans mettre en cause en même temps la présomption d'innocence, c'est-à-dire, avec fermeté sur le fonds et avec respect de la présomption d'innocence. Ce n'est pas Eva Joly qui pendrait la moitié de la France à des réverbères et qui ferait beaucoup mieux d'être candidate au poste de procureur général de la Cour Pénale Internationale que de la présidence de la République comme elle y songe. Mais, pour revenir sur le fond, bien entendu, c'est normal de regarder de très près l'état exact de la fortune de Liliane Bettencourt et la façon dont elle est en règle, ou pas, avec le fisc. C'est normal. François Baroin l'a annoncé : tant mieux.

De même, c'est tout à fait logique de vérifier exactement quelles ont été les décisions - ou pas les décisions - les interventions - ou pas les interventions - d'Eric Woerth. Pour le faire, certains disent qu'il faudrait que ce soit une commission d'enquête parlementaire, etc. Je crois que si ce sont des hommes politiques à qui l'on demande de juger un homme politique, ce n'est jamais bien. En revanche, la Cour des Comptes est faite pour cela. Elle doit valider l'ensemble des comptes publics. Il était ministre du Budget. Ça devrait être à la Cour des Comptes de vérifier exactement ce qui s'est produit. Elle en a la compétence et elle en a les moyens.

Quels peuvent être les effets de l'affaire Woerth dans l'esprit des Français ?

Ils sont catastrophiques, c'est une évidence ! Cela entretient tous les clichés possibles sur les rapports entre le monde politique et celui de l'argent. Et puis, quand Christian Blanc fume des cigares, ça fait 50.000 voix pour Marine Le Pen. Quand Alain Joyandet veut avoir une autorisation de construire anormale : cela en fait 100.000. Et quand Eric Woerth - même s'il est totalement innocent - a tellement les apparences contre lui, cela fait un million de voix pour Marine Le Pen.




Podcast chronique








Lire la suite
Le fait politique Chroniques France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
5943700527
L'affaire Woerth
L'affaire Woerth
Au Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, Eric Woerth s'est défendu de toute intervention en faveur de Liliane Bettencourt. Vous a-t-il convaincu ? La chronique d'Alain Duhamel.
https://www.rtl.fr/actu/politique/l-affaire-woerth-5943700527
2010-06-28 07:22:00