1 min de lecture Kader Arif

Kader Arif serait inquiété par une autre affaire, à Paris

Le "Journal du Dimanche" croit savoir que les affaires de favoritisme qui inquiètent l'ex-secrétaire d'État aux anciens combattants s'étendraient jusqu'à Paris.

Le secrétaire d'État aux Anciens combattants Kader Arif a démissionné du gouvernement. (archives)
Le secrétaire d'État aux Anciens combattants Kader Arif a démissionné du gouvernement. (archives)
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Les soupçons s'accumulent pour Kader Arif. Cité dans une enquête pour favoritisme, l'ancien secrétaire d'État aux Anciens combattants Kader Arif a présenté sa démission à François Hollande vendredi 21 novembre. François Hollande l'a acceptée et a nommé le sénateur PS de la Moselle Jean-Marc Todeschini pour le remplacer. 

Le Journal du Dimanche rapporte que l'explication entre Kader Arif et François Hollande, qui a du quitter prématurément la remise des prix de la Fondation Chirac, "a été houleuse". Le secrétaire d'État reprochait au président de la République un manque de soutien.

Une enquête en Midi-Pyrénées, une autre à Paris ?

Ouverte à Toulouse en septembre, une première enquête a pour but de vérifier si deux sociétés successives d'organisation de spectacles, dirigées notamment par le frère de Kader Arif puis par ses neveux, ont pu bénéficier de favoritisme pour remporter deux marchés publics pluriannuels d'un montant de plusieurs millions d'euros avec la Région Midi-Pyrénées.

Le Journal du Dimanche révèle que l'enquête ne porterait pas seulement sur des contrats attribués en Midi-Pyrénées à des sociétés dirigées par des membres de sa famille mais aussi sur "un contrat de conseil de 53.000 euros signé entre l'une de ces sociétés, AWF, et son secrétariat d'État".

À lire aussi
Florence Cohen réforme constitutionnelle
Kader Arif : "je voterai contre la déchéance de nationalité"

C'est pour mieux se défendre face à ces mises en accusation que Kader Arif a annoncé avoir démissionné de son poste : "Mon nom est cité dans le cadre d'une enquête préliminaire menée par le Parquet national financier. Par respect pour la fonction ministérielle, par respect pour la politique mémorielle que j'ai conduite et pour le monde combattant que j'ai servi avec fierté et conviction, je fais le choix, en responsabilité, de quitter le poste que j'ai eu l'honneur d'occuper pendant deux ans et demi".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Kader Arif François Hollande Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants