1 min de lecture La République En Marche

Julien Denormandie était l'invité du "Grand Jury"

LE GRAND JURY - Le secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des Territoires, a répondu aux questions de Benjamin Sportouch (RTL), Guillaume Roquette (Le Figaro) et Christophe Jakubyszyn (LCI), dimanche 11 février à partir de midi.

micro générique Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury de Julien Denormandie Crédit Image : CHARLES PLATIAU / POOL / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Nicolas Skopinski

C'est une phrase qui a mis le feu aux poudres et qui a relancé le débat sur une supposée "présidence des riches, déconnectée de la réalité". Le 30 janvier dernier, sur France InterJulien Denormandie, secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des Territoires, assurait que les sans-domicile-fixe en Île-de-France représentait "à peu près une cinquantaine d'hommes isolés". 

En réalité, il s'agit uniquement des demandes non pourvues par le Samu social de Paris, et non d'Île-de-France, ne concernant que les hommes isolés. Surtout, ce chiffre ne prend pas du tout en compte les gens qui dorment dans la rue et n'appellent pas. La question du sort des SDF prend une importance encore plus grande avec les conditions climatiques et l'arrivée du grand froid depuis le début de la semaine.

Le logement justement, il en a beaucoup été question en début de mandat, lorsque le gouvernement avait annoncé une baisse des Aides personnalisées au logement (APL). À la suite de la publication du 23e rapport annuel de la Fondation Abbé-Pierre sur le mal-logement, le secrétaire d'État à la cohésion des territoires a fait une confidence inattendue, reconnaissant que "la baisse des APL n'était pas une bonne mesure". 

Autre point sur lequel sera interrogé Julien Denormandie, la politique empruntée par le gouvernement en matière de couverture numérique. Cheval de bataille d'Édouard Philippe, un accord a été trouvé avec les opérateurs télécoms pour en finir avec les zones blanches. L'accord, contraignant pour les opérateurs, prévoit un investissement de trois milliards d'euros. Concrètement, "on passera de la 2G/3G à la 4G, qui permet de surfer sur internet, dans plus de 10 000 communes" assure Julien Denormandie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La République En Marche Gouvernement Logement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants