1 min de lecture Budget

"Jérôme Cahuzac n'a bénéficié d'aucune protection" selon François Hollande

François Hollande a déclaré ce mercredi que l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac n'avait "bénéficié d'aucune protection", dénonçant "un outrage à la République"

micro générique
La rédaction numérique de RTL

Hollande a déjà condamné '"impardonnable faute morale"
Mis en cause par la droite, le Président François Hollande a assuré mercredi que ce dernier n'avait bénéficié d'"aucune protection "autre que celle de la présomption d'innocence. "Il a quitté le gouvernement à ma demande dès l'ouverture d'une information judiciaire", a-t-il ajouté dans une déclaration télévisée peu après midi, regrettant "une faute impardonnable (...) un outrage fait à la République".

Les trois décisions de Hollande

Pour remédier à ce type de scandale, le Président a annoncé trois mesures :

- Voter une réforme du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) dès cet été pour renforcer l'indépendance de la justice, permettant à des magistrats indépendants d'"agir contre tous les pouvoirs".

- Lutter de "manière impitoyable contre les conflits entre intérêts publics et privés  et assurer la publication et le contrôle sur les patrimoines des ministres et de tous les parlementaires". Le gouvernement "soumettra un projet de loi dans cette direction", a-t-il assuré. Ce projet de loi sera porté, selon Matignon, par Alain Vidalies qui travaillait déjà à un texte sur ce sujet. Il s'agit en fait de "ranimer et traduire dans un texte de loi", explique Matignon, le rapport remis en janvier 2011 par Jean-Michel Sauvé et "enterré par la précédente majorité". Ce rapport faisait des propositions pour prévenir les conflits d'intérêt des agents publics.

-Les élus condamnés pénalement pour fraude fiscale ou corruption seront "interdits de tout mandat public". "L'exemplarité des responsables politiques sera totale", a-t-il promis.


Déclaration du président de la République par elysee

Une "faute morale impardonnable"
Avec une exceptionnelle célérité mais aussi une "grande sévérité", le chef de l'Etat a condamné via un communiqué, une heure à peine après la révélation de cet aveu, l'"impardonnable faute morale" commise par l'ancien ministre du Budget qui a nié "l'existence de ce compte devant les plus hautes autorités du pays ainsi que la représentation nationale".

> Jérôme Cahuzac avoue avoir eu un compte à l'étranger
> Jérôme Cahuzac : l'incroyable mensonge
> Démission de Jérôme Cahuzac : les principales étapes de l'affaire
> Jérôme Cahuzac : les aveux font la Une de la presse

La carrière de Jérôme Cahuzac

Lire la suite
Budget François Hollande Affaire Cahuzac
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants