1 min de lecture Budget

Jérôme Cahuzac : le FN veut une dissolution, l'UMP cible Hollande

Au lendemain des aveux de Jérôme Cahuzac et de sa mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale, et malgré les condamnations de François Holland et Jean-Marc Ayrault, la classe politique française, tous bords confondus, chargent l'ancien ministre du Budget mais aussi, et surtout, l'exécutif et sa "République exemplaire".

Marine Le Pen veut un démentèlement de tous les camps de Roms en France
Marine Le Pen veut un démentèlement de tous les camps de Roms en France Crédit : AFP / Archives, Denis Charlet
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Elizabeth Martichoux

"La faute d'un homme n'est pas celle de tous"
"J'ai appris hier avec stupéfaction et colère les aveux de Jérôme Cahuzac devant les juges" ; "Je suis indigné. Nous avons cru à la parole de cet homme qu'il n'a pas respectée". Mercredi, François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont tenté d'éteindre l'incendie provoqué par les aveux de l'ancien ministre du Budget sur la possession d'un compte à l'étranger, après quatre mois de mensonges.

"La faute d'un homme n'est pas la faute de tous". Si Bruno Le Roux, le patron des députés PS à l'Assemblée nationale, a tenté, lors de son discours mardi devant la représentation nationale, c'est bien l’exécutif, François Hollande en tête, qui se retrouve montré du doigt par l'opposition.

Copé accuse Hollande et Ayrault et réclame un nouveau gouvernement
Malgré son intervention, François Hollande, a reçu de vives critiques en provenance de la droite. Jean-François Copé, le patron de l'UMP, a notamment estimé qu'il avait fait preuve de "candeur", voire "menti aux Français". "Qui peut croire aujourd'hui que François Hollande et Jean-Marc Ayrault n'étaient au courant de rien?" a attaqué le député-maire de Meaux, qui souhaite que les deux têtes de l'exécutif "s'en expliquent beaucoup plus profondément" devant les électeurs. Copé a également réclamé que un "changement complet" du gouvernement.

"La seule issue possible, la seule, est qu'un remaniement gouvernemental de grande ampleur, Premier ministre y compris, permette à François Hollande de redonner un peu de sérénité à notre pays, de changer de politique", a insisté JF Copé lors d'un point de presse avant un meeting politique à La Baule en Loire-Atlantique.
 


Marine Le Pen demande un big-bangPourtant Marine Le Pen, la présidente du Front national, il n'y a désormais "pas d'autre solution" que la démission du gouvernement et la dissolution de l'Assemblée nationale. "Quand on arrive à une telle situation de fracture, il faut que le peuple puisse s'exprimer", a-t-elle fait valoir, ravie de pouvoir surfer sur le "tous pourris", l'un des morceaux favoris de l'extrême droite, lors d'un déplacement dans les Ardennes devant le site de l'équipementier automobile Visteon

Quand Jean-Marie Le Pen dénonçait la "Ripoublique", sa fille préfère les métaphores: "Il faut qu'ils vident, en quelque sorte, l'abcès par de nouvelles élections". Pour Marine Le Pen, il ne fait aucun doute que François Hollande et Jean-Marc Ayrault connaissaient le mensonge de l'ancien ministre du Budget sur son compte à l'étranger.

Mais, reprenant un classique du FN, celui du "tous pourris", elle dresse aussi la liste "mi-ro-bo-lante", et "qui donne le vertige", des dirigeants politiques inquiétés par la justice, en mettant dans le même sac "mis en cause, mis en examen ou condamnés". "DSK, Woerth, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy... j'en passe et des meilleures... Mme (Christine) Lagarde qui a dernièrement subi une perquisition", énumère-t-elle. "C'est à se poser la question de savoir lesquels ne sont ni mis en examen ni condamnés", ironise Marine Le Pen.



Mélenchon s'interroge, le PS choqué
Le soupçon sur une possible bienveillance de l'exécutif, est, pour Mélenchon, l'un des aspects les plus graves de cette affaire Cahuzac. "Où s'arrête la chaîne du mensonge ? Qui savait et n'a rien dit ?", s'est interrogé le président du Parti de Gauche, pendant que que le PCF a dénoncé un "scandale d'Etat" Pascal Durand, secrétaire national d'EELV, composante de la majorité présidentielle, a  lui jugé que le mensonge de M. Cahuzac était "un mensonge d'Etat", "un drame pour la démocratie".

Au PS, le numéro un, Harlem Désir s'est dit "stupéfait et choqué" par les faits "inacceptables" et le "mensonge" commis par l'ancien ministre du Budget. Des députés PS, comme Razzy Hammadi, se sont aussi déclarés "profondément choqués". "C'est dur, c'est rude", a-t-il dit tandis qu'Erwann Binet, rapporteur de la loi sur le mariage gay, demandait : "Cahuzac se rend-il compte du mal qu'il a fait au PS, aux militants, aux institutions?"

Mamère accuse Sarkozy d'avoir aussi fermé les yeux
Noël Mamère, député EELV, creuse lui beaucoup plus loin, affirmant mercredi qu'il "doutait fort que l'ancien président Sarkozy ignorait le passé de Jérôme Cahuzac" quand celui-ci a été désigné président de la commission des Finances à l'Assemblée, sous l'ancienne mandature. "J'entends beaucoup la droite interpeller le président de la République et le Premier ministre sur le thème +comment? vous ne saviez pas?+ Mais on peut poser la même question à Nicolas Sarkozy qui a laissé Jérôme Cahuzac devenir président de la commission des Finances", a déclaré à l'AFP Noël Mamère, dans les couloirs de l'Assemblée.

Le député de Gironde a jugé qu'il fallait adopter rapidement "une loi qui aille jusqu'au bout sur les conflits financiers", "comme nous l'avions déjà proposé sous l'ancienne mandature", et qui "redonne des moyens au Pôle financier, affaibli par Sarkozy qui n'aimait pas beaucoup que l'on se mêle de ses affaires et de celles de ses amis". Une belle

>"Jérôme Cahuzac n'a bénéficié d'aucune protection" selon François Hollande
> Cahuzac accepte la transmission de ses documents bancaires à la France
> Jérôme Cahuzac : André Vallini "plutôt favorable" à l'inéligibilité à vie
> Jérôme Cahuzac avoue avoir eu un compte à l'étranger
> Jérôme Cahuzac : l'incroyable mensonge
> Démission de Jérôme Cahuzac : les principales étapes de l'affaire
> Jérôme Cahuzac : les aveux font la Une de la presse

La carrière de Jérôme Cahuzac

Lire la suite
Budget Affaire Cahuzac Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7760065350
Jérôme Cahuzac : le FN veut une dissolution, l'UMP cible Hollande
Jérôme Cahuzac : le FN veut une dissolution, l'UMP cible Hollande
Au lendemain des aveux de Jérôme Cahuzac et de sa mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale, et malgré les condamnations de François Holland et Jean-Marc Ayrault, la classe politique française, tous bords confondus, chargent l'ancien ministre du Budget mais aussi, et surtout, l'exécutif et sa "République exemplaire".
https://www.rtl.fr/actu/politique/jerome-cahuzac-le-fn-veut-une-dissolution-l-ump-cible-hollande-7760065350
2013-04-03 15:21:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/4KiIte0aWRqUdigr_26ukg/330v220-2/online/image/2013/0403/7760065002_marine-le-pen-presidente-du-front-national-demande-la-demission-du-gouvernement-et-la-dissolution-de-l-assemblee-nationale-apres-les-aveux-de-jerome-cahuzac.jpg