3 min de lecture Affaire Cahuzac

Jérôme Cahuzac défend l'exécutif et maintient sa version

DÉCRYPTAGE - L'ancien ministre du Budget est notamment revenu ce mardi 23 juillet sur le témoignage de Pierre Moscovici et sur la demande d'attestation négative adressée à la banque UBS.

micro générique
La rédaction numérique de RTL

Jérôme Cahuzac a été entendu une nouvelle fois ce mardi 23 juillet par la commission d'enquête parlementaire, chargée de faire la lumière sur ce que savait ou non l'exécutif de l'existence de son compte en Suisse. L'ancien ministre du budget s'est défendu sur plusieurs points, dans un climat parfois très tendu.

Jérôme Cahuzac ne se souvient pas de deux réunions

Répondant à une question du député centriste Charles de Courson, , Jérôme Cahuzac a affirmé n'avoir "aucun souvenir" d’une réunion sur un possible compte en Suisse le 16 janvier , ni d’un échange à la même date à la sortie du Conseil des ministres avec le ministre de l’Économie. "Selon moi, cette réunion n'a pas eu lieu", a-t-il soutenu.

Lors de son audition le 16 juillet, Pierre Moscovici avait confirmé l'existence de cette réunion à quatre révélée par Charlotte Chaffanjon, une journaliste du Point dont l'ouvrage, Les yeux dans les yeux, a été évoqué à plusieurs reprises au cours de cette deuxième audience. A la demande des députés, il a précisé qu'elle avait eu lieu dans une pièce attenante à la salle du conseil des ministres, et non pas dans le bureau présidentiel, comme l'a écrit la journaliste.

Pour lui, ne pas se souvenir n'est pas nier

"Est-ce que vous pensez que votre perte de mémoire est crédible, étant donné les déclarations de Pierre Moscovici le 16 juillet?", a poursuivi le député centriste Charles de Courson, , président de la commission parlementaire, qui a pointé du doigt à plusieurs reprises les incohérences entre les différentes versions présentées par l'ancien ministre du Budget et l'actuel ministre de l’Économie.

À lire aussi
Jérôme Cahuzac, le 15 mai 2018 médecine
Les infos de 6h - Jérôme Cahuzac devient médecin à l'hôpital de Bonifacio

"Il y a une différence entre nier et ne pas se souvenir", a répondu Jérôme Cahuzac, avant d'ajouter : "Je maintiens que je ne me souviens pas de cette réunion là. Quoiqu'il en soit, je n'ai pas été associé aux mesures d'assistance auprès de l'administration helvétique."

L'ancien ministre du Budget défend l'exécutif

Jérôme Cahuzac a confirmé au cours de cette deuxième audience avoir tenté d'obtenir une attestation négative de la part d'UBS, sa banque suisse. En revanche, il a affirmé que ni le Président de la République, ni le Premier ministre ne lui ont indiqué d'entamer cette procédure.

"A l'issue d'un Conseil des ministres, le Président et le Premier ministre ne me convoquent pas, ils viennent me voir", a-t-il raconté. "Je reste avec eux deux ou trois minutes, pas davantage. La question qui m'est posée est, en substance, 'Qu'est-ce que c'est que cette histoire ?'", poursuit-il.

"Je leur indique que ce qui est prétendu par le journal Médiapart est faux. Ça s'arrête là dans mon souvenir", ajoute-t-il. "Je ne crois pas que le Président m'ait demandé d'engager des procédures auprès de la banque UBS pour obtenir une attestation négative".

Selon Jérôme Cahuzac, cette démarche lui aurait été conseillée par ses avocats, "à moins qu'on ait eu l'idée en même temps. Quoi qu'il en soit, l'initiative m'est propre et ne vient pas des hautes autorités de l’État", a répété l'ancien ministre du Budget.

Qui a dénoncé Jérôme Cahuzac ?

Alain Claeys, député PS et rapporteur de la commission d'enquête parlementaire dédiée à l'affaire Cahuzac, a soulevé la question de l'identité de la personne ayant transmis l'enregistrement, mettant en cause l'ancien ministre du Budget, à Médiapart.

"Je crois qu'il y a un principe connu depuis l'antiquité [...] : à qui profite le crime ?", a répondu Jérôme Cahuzac. Et de conclure : "Je ne crois pas que ce qui s'est passé profite en quoi que ce soit à Jean-Louis Bruguière. En revanche, il me semble que cela réjouit Michel Gonelle."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Cahuzac Info Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants