2 min de lecture Assemblée nationale

Jérôme Cahuzac : l'homme qui en savait beaucoup sur les dossiers fiscaux

Jérôme Cahuzac aurait utilisé son pouvoir de président de la commission des Finances pour obtenir des informations sur certains dossiers fiscaux, notamment celui de Liliane Bettencourt.

Jérôme Cahuzac, ancien ministre du Budget
Jérôme Cahuzac, ancien ministre du Budget Crédit : JOEL SAGET / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Selon Le ParisienJérôme Cahuzac aurait utilisé son pouvoir de président de la commission des Finances (entre 2010 et 2012) pour obtenir des informations sur certains dossiers fiscaux. Voilà pourquoi la classe politique, et en particulier la droite, aurait été relativement bienveillante à l'égard de l'ancien ministre du Budget lors des révélations sur son compte bancaire en Suisse non déclaré.

La rédaction vous recommande

D'après le quotidien, Jérôme Cahuzac aurait, dès sa nomination en février 2010, demandé à effectuer un "contrôle sur pièces et sur place" en matière fiscale. Cahuzac souhaitait notamment regarder des dossiers précis. "On était circonspect et pour certains en colère, mais on ne pouvait rien lui refuser", témoigne un ancien conseiller de François Baroin, lorsque celui-ci était ministre du Budget.

En avril 2010, Jérôme Cahuzac aurait également annoncé à Christine Lagarde, alors ministre de l'Economie, et François Baroin, son intention de consulter la liste des 3.000 contribuables ayant un compte HSBC en Suisse.

>
Charles de Courson : "le secret fiscal ne lui était pas opposable" Crédit Média : Raphaël Vantard | Durée : | Date :

"Le secret fiscal n'est pas opposable" au président de la commission des Finances et au rapporteur général du Budget, rappelle sur RTL Charles de Courson. "Ils peuvent donc aller consulter des dossiers individuels. Mais ce droit doit être utilisé à bon escient, c'est-à-dire dans le cadre de leur mission, par exemple pour essayer de comprendre pourquoi certains de nos concitoyens extrêmement fortunés ne payent pas d'impôts sur le revenu", précise le président de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac. 

Contrôler le dossier de madame Bettencourt, était-ce vraiment dans le but d'un bon contrôle des finances publiques ?

Charles de Courson
Partager la citation

Cinq dossiers brûlants auxquels il s'est intéressé

À lire aussi
L'hémicycle de l'Assemblée nationale le 17 février 2020. réforme des retraites
Recours au 49.3 sur la réforme des retraites : "Macron serait prêt à attendre un peu", dit Bost

Jérôme Cahuzac se serait particulièrement intéressé à cinq affaires :
- Tapie, concernant l'arbitrage dont a bénéficié l'homme d'affaires et qui fait toujours aujourd'hui débat.
 

- Bettencourt et les remboursements dont a bénéficié la milliardaire de la part de l’administration fiscale. 
- Takieddine, l'homme d'affaires au centre de l'affaire Karachi.


- Wendel, du nom de la société d'investissement de l'ex-numéro 1 du Medef, Ernest-Antoine Seillière, dont des dirigeants auraient masqué des revenus pour échapper au fisc. 

- Windelstein, du nom de ce marchand d'art décédé en 2001 et suspecté d'avoir minoré sa succession par un montage illégal.

La rédaction vous recommande

"Contrôler le dossier de madame Bettencourt, était-ce vraiment dans le but d'un bon contrôle des finances publiques ?", s'interroge Charles de Courson. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale François Baroin Affaire Cahuzac
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants