1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Jean-Vincent Placé, accusé de ne pas avoir payé ses PV, porte plainte pour diffamation
1 min de lecture

Jean-Vincent Placé, accusé de ne pas avoir payé ses PV, porte plainte pour diffamation

Jean-Vincent Placé a porté plainte pour diffamation après une émission de "Canal+" évoquant des amendes qu'il n'aurait pas payées.

Jean-Vincent Placé, président du groupe parlementaire écologiste au Sénat, le 5 avril 2014
Jean-Vincent Placé, président du groupe parlementaire écologiste au Sénat, le 5 avril 2014
Crédit : AFP / ALAIN JOCARD
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le président du groupe écologiste au Sénat a annoncé ce mardi 15 avril qu'il avait porté plainte pour diffamation après une émission de Canal+ qui avait rappelé l'épisode de ses milliers d'euros d'amendes en souffrance.

Jean-Vincent Placé s'était déjà expliqué concernant ces 18.000 euros de PV impayés à la suite d'une centaine d'infractions routières, commises avec une voiture de fonction du conseil régional. Notre enquête montre par ailleurs que le sénateur s'est bel et bien acquitté de tous ses PV.

Pourtant, l'émission Le Supplément politique de Canal+ a diffusé dimanche dernier les déclarations d'une vice-présidente de la région Ile-de-France, Michèle Sabban (PS), affirmant qu'"il en aurait payé 7.000 (euros), mais (qu')il reste encore des PV à payer".

Plainte contre X

Cette affirmation avait entraîné les foudres du sénateur, qui avait quitté le plateau de Canal+. "J'ai décidé, avec mon avocat, de porter plainte pour diffamation", a-t-il déclaré à l'émission Preuves par trois sur Public Sénat/AFP. 

À écouter aussi

Le sénateur n'a précisé si cette plainte visait Canal+ ou Michèle Sabban. "La procédure est ainsi, on porte plainte contre X, et ensuite le juge d'instruction fait son travail d'investigation", a-t-il ajouté.

Ce sont des PV de stationnement, ce ne sont pas des excès de vitesse ou autre.

Jean-Vincent Placé

"C'est la première fois que je porte plainte, et Dieu sait si j'en ai lu et entendu des mensonges dans certains journaux du mercredi matin ou dans certains échos", a poursuivi le responsable écologiste. 

"Ce sont des PV de stationnement, ce ne sont pas des excès de vitesse ou autre. Ils remontent à une période où il n'y avait pas grand monde qui payait ses PV dans les collectivités territoriales, avant 2009. Et il ne vous a pas échappé que je suis le seul auquel on s'intéresse dans cette histoire. Les autres manifestement, ça n'intéresse personne", a-t-il encore dit, tout en refusant de donner des noms.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/