1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Jean-Marie Le Pen et le "syndrome Lubitz"
2 min de lecture

Jean-Marie Le Pen et le "syndrome Lubitz"

REPLAY - L'entourage de la présidente du Front national se demande si l'interview au vitriol de Jean-Marie Le Pen n'est pas destinée à faire sombrer le parti avec lui.

Jean-Marie Le Pen, le 7 mai 2014, à Grenoble
Jean-Marie Le Pen, le 7 mai 2014, à Grenoble
Crédit : AFP
ARCHIVES RTL - Front national : "Jean-Marine Le Pen, c'est un peu le syndrome Lubitz" (08/04/2015)
02:36
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Le dérapage de trop ? Moins d'une semaine après ses propos sur les chambres à gaz, "détail de l'histoire", le président d'honneur du Front national s'est lâché dans une interview accordée à l'hebdomadaire d'extrême-droite, Rivarol. Une interview fleuve dans laquelle il réaffirme ses convictions pétainistes et prouve à quel point il n'a pas digéré les condamnations de sa fille et de plusieurs cadres du parti après sa sortie de piste de la semaine dernière.

Dans les colonnes de Rivarol, les déclarations au vitriol sont légions. Concernant le maréchal Pétain ? "Je ne l'ai jamais considéré comme un traître. Les pétainistes ont toute leur place au FN au même titre que les anciens communistes". Les homosexuels ? "Ils ont tendance à se regrouper même s'ils se détestent les uns les autres". Manuel Valls ? "Nous sommes gouvernés par des immigrés et des enfants d'immigrés. Manuel Valls, il est Français depuis 30 ans et moi, depuis 1.000 ans. C'est un tout petit monsieur", a-t-il asséné, tous azimuts.

Comme s'il voulait faire sombrer le parti avec lui

Même sa fille, Marine Le Pen, n'est pas épargnée. "Sa proposition d'abaisser la retraite à 60 ans, c'est ridicule, moi à la tête du FN je l'ai proposée à 65 ans pendant des décennies. En politique, on ne doit jamais sombrer dans la démagogie, a-t-il déclaré avant d'ajouter, on est trahi que par les siens". Au fil de l'entretien, Jean-Marie Le Pen ne s'est pas contenté d'énoncer ses points de vue, il a aussi annoncé officiellement sa candidature pour les élections régionales dans la région Provence Alpes Côtes d'Azur. Une auto-proclamation rejetée mercredi par Marine Le Pen qui a annoncé "s'opposer" à cette candidature. "Jean-Marie Le Pen semble être entré dans une véritable spirale entre stratégie de la terre brûlée et suicide politique".

"Jean-Marie Le Pen, c'est un peu le syndrome Lubitz", confie un proche de la présidente du FN, en référence au co-pilote allemand de l'avion qui s'est écrasé dans les Alpes françaises avec 150 personnes à son bord. Comme s'il voulait faire sombrer le parti en même temps que lui. Une certitude, la guerre est ouverte et la rupture consommée avec de nombreux cadres du parti qui se sont désolidarisés définitivement du fondateur du FN. Selon Marine Le Pen, le prochain bureau politique doit désormais "trouver le moyen de protéger les intérêts du mouvement". Pour la première fois, des sanctions ne sont pas à exclure.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/