2 min de lecture Front national

Jean-Marie Le Pen, celui qui se sentait "plus français que les autres"

PORTRAIT - Au crépuscule de sa vie, il se dit satisfait, fier de son existence virile marquée par la gaudriole et la bagarre.

Isabelle Choquet L'Homme du jour Isabelle Choquet
>
Jean-Marie Le Pen, celui qui se sentait "plus français que les autres" Crédit Image : BORIS HORVAT / AFP | Crédit Média : Isabelle Choquet | Durée : | Date : La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet Journaliste RTL

La sage femme l'avait vu venir. Quand il est né ce 20 juin 1928 à la Trinité-sur-Mer, elle a prophétisé : "Ce sera une grande gueule !". Faut dire qu'il en imposait, ce nourrisson de 6 kilos ! Sa maman, couturière, fille de paysan, n'en voudra plus d'autre. Il sera l'unique, le centre du monde.

Un ogre narcissique, qui aime la gaudriole et la bagarre, un Pantagruel coureur et bon vivant. Il  regarde les femmes avec appétit, il les consomme sans états d'âme. De la voisine de Carnac à 16 ans jusqu'à Jany, sa compagne depuis 25 ans. En passant par Pierrette, partie avec son biographe et qui lui en voulut assez pour poser en soubrette dans Play Boy. Le joli coeur aurait aussi fricoté avec l'ancien maire de Pau, André Labarrère, dans les années 50, ce qu'il nie farouchement.

De toutes façons, il le clame, son seul amour, c'est la France. Parce qu'il est devenu pupille de la nation en 1942, il dit s'être senti plus français que les autres. Son père était  pêcheur, son bateau a sauté sur une mine allemande. Il est mort noyé après un calvaire de 10 heures. Visage rongé par la mer, c'est son tatouage sur le bras qui a permis à son fils de le reconnaître... 

À lire aussi
Marine Le Pen aux cotés de Sophie Montel en octobre 2015 Rassemblement national
Marine Le Pen dézinguée dans le livre de l'ex-FN Sophie Montel

Patriote par amour du père, politique par goût de la castagne

Le jeune Jean-Marie crie vengeance et jure de tuer un allemand : revolver en main, il renonce finalement, mais se fait champion de la cocarde. Petit Breton grandi dans la Grande France coloniale, et qui la voit rétrécir au fil des ans : "C'est le ressort de ma vie politique", dit-il, et le chagrin de ma vie tout court". Patriote par amour du père, politique par goût de la castagne.

Avec une arme redoutable : l'éloquence. Jean d'Ormesson louait d'ailleurs son français merveilleux. De ses études chez les jésuites de Vannes, Jean-Marie Le Pen a gardé une grande culture et un art de la rhétorique assez imparable, mais il a aussi la gouaille du populo, et l'art du mot qui blesse, le détail qui tue. Marine le sait mieux que personne.

Quand on ne m'aime plus, j'arrête d'aimer

Jean-Marie Le Pen
Partager la citation

Traitée de bourgeoise, encouragée à aller voir un orthophoniste, il écrit finalement dans ses mémoires qu'il a pitié d'elle. "J'ai de la chance, dit-il, quand on ne m'aime plus, j'arrête d'aimer. Ce n'est pas mon genre, les regrets". De fait, au crépuscule de sa vie, il se dit satisfait, fier de son existence virile. "Le Pen, c'est un fout la merde magnifique", disait Chabrol. Ca lui plaît bien. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Jean-Marie Le Pen Portrait
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793815993
Jean-Marie Le Pen, celui qui se sentait "plus français que les autres"
Jean-Marie Le Pen, celui qui se sentait "plus français que les autres"
PORTRAIT - Au crépuscule de sa vie, il se dit satisfait, fier de son existence virile marquée par la gaudriole et la bagarre.
https://www.rtl.fr/actu/politique/jean-marie-le-pen-celui-qui-se-sentait-plus-francais-que-les-autres-7793815993
2018-06-19 20:48:45
https://cdn-media.rtl.fr/cache/z2v6aVJZege4GD4cZHc6eA/330v220-2/online/image/2017/0907/7789994892_jean-marie-le-pen.jpg