1 min de lecture Chroniques

Jean-Marc Ayrault : "L'attitude de Brice Hortefeux dans cette affaire est lamentable !"

Jean-Marc Ayrault, député-maire PS de Nantes, président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale était l'invité de RTL Matin mardi matin. Il répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie. Il est longuement revenu sur la situation de Liès Hebbadj, cet homme accusé de polygamie qui vit dans la banlieue nantaise.

Micro RTL générique
Colas Bedoy

Vendredi après midi, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a mis un coup de projecteur sur la polygamie supposée, l'éventuelle fraude aux allocations de Liès Hebbadj, français naturalisé en 1999 qui habite dans la banlieue nantaise donc c'est un lieu que vous connaissez bien, Jean-Marc Ayrault. Ce qui le samedi vous a amené à déclarer ceci "selon mes renseignements, la situation de cet homme est connue depuis un bon mm par les servies de l'Etat et la Caisse d'allocations familiales. Quels sont vos renseignements à ce sujet, J.M Ayrault ?
C'est ce que tout le monde maintenant dit... vous l'avez dit ce matin sur RTL. C'est tout à fait ça. Cette situation est connue c'est une situation ultra-minoritaire, heureusement, et je ne comprends pas que Monsieur Hortefeux..se soit comporté de façon aussi lamentable alors que ses services connaissent cette situation depuis plusieurs années

C'est à dire... Depuis plusieurs années ? Vous avez donc visiblement pris vos renseignements... Quels sont vos renseignements ?
Parce que quand j'ai eu connaissance de cette situation qui, comme ça se passe à Nantes... Il faut quand même rappeler qu'on parle d'affaire de contravention à 22 euros et puis depuis on est dans l'amalgame. On parle de polygamie, on parle de fraude aux aides sociales. Je rappelle qu'il y a des lois en France et que l'on doit appliquer ces lois. S'il y a fraude aux aides sociales, familiales, que la loi s'applique. Cette situation existait, j'ai entendu le reportage ce matin sur RTL, et bien l'Etat n'a rien fait. C'est bien facile de faire des amalgames, de faire de la polémique...
Je trouve que l'attitude de Monsieur Hortefeux dans cette affaire est lamentable alors je sais que le Président de la république a dit qu'il avait tué le job de Ministre de l'Intérieur mais ça n'autorise pas le M de l'Intérieur à se comporter de cette façon et au fond j'ai été extrêmement choqué  par une chose c'est la différence de manière dont on a traité cette affaire, dite Nantaise, au regard de ce qu'il s'est passé à Istres où la mosquée a été mitraillée... Il y a je ne sais plus combien d'impacts de balles sur la mosquée. Je crois qu'à créer un climat comme ça un climat d'amalgame on est en train de créer un mauvais climat en France, une sorte de fuite en avant et je trouve que si c'est la seule leçon que le gouvernement et la Majorité ont tiré des élections régionales, ils se trompent lourdement.

Pour en finir avec ça JM Ayrault , vous, samedi, vous avez compris que et les services de l'Etat et la Caisse d'allocations familiales...
La caisse d'allocations familiales je ne sais pas, mais les services de l'Etat surement

C'est ce que vous avez dit...
Oui oui.

Ils connaissaient la situation et personne n'a rien fait ?
Personne n'a rien fait... c'est l'Etat qui n'a rien fait, quand même je veux dire quand le Ministère de l'Intérieur qui suit semble-t-il cette personne puisqu'elle appartient à un courant ultra minoritaire de l'Islam et qui n'a rien à voir avec l'immense majorité des musulmans nantais qui sont d'ailleurs très choqués par cette affaire et qui souffrent de l'amalgame et qui ont réagi, comme beaucoup, avec beaucoup de sang-froid et je les salue. Je dirai franchement : qu'a fait le ministère de l'intérieur depuis des années alors qu'il connait cette situation ?
C'est ça la question que j'ai posé à laquelle bien entendu j'ai pas eu de réponse

Est-ce que cette polémique sur donc la situation éventuelle de polygamie de Lies Hebadj qui intervient en plein débat sur le voile peut à votre avis troubler ce débat sur l'interdiction générale de la burqa ?
Oui, parce que je vais vous dire, je suis très clair... Je suis de ceux qui ne veulent pas transiger un seul instant avec les principes et les valeurs de la République et que quand elles sont mises en cause par des formes d'intégrisme qui existent, la burqa en fait partie, il faut qu'on s'unisse, les républicains pour trouver des solutions mais pas en créant un tel climat de division, d'anathème qui fait que au bout on va jamais trouver de solution et puis quand même, vous le disiez vous-même, on ne parle plus que de la burqa depuis quelques jours, je dirai presque depuis quelques semaines et on risque d'en parler encore pendant longtemps.
Croyez-vous que ceux qui vont manifester le 1er mai ils vont manifester pour réclamer une loi sur la burqa ? Croyez-vous que les agriculteurs qui sont venus aujourd'hui à Paris viennent réclamer une loi sur la burqa ? Croyez-vous que les problèmes financiers de la Grèce quand on regarde ce qui se passe en France, la seule solution que l'on trouve c'est de parler de la burqa ? Moi je trouve qu'avec Monsieur Sarkozy l'art de gouverner c'est petite question, grande communication.. et grande question, petite solution ou petites solutions ou absence de solutions et ça c'est beaucoup plus grave...

Alors nous allons faire comme tout le monde et nous allons continuer à parler de la burqa
Non car je pense qu'il n'y a pas que la burqa. Vous ne vous parlez que de la burqa du matin au soir mais vous êtes bien obligés de parler du reste quand même.
 
Ce matin, vous et moi en tous cas, on va parler que de ça... c'est comme ça. Le gouvenement a décidé une interdiction générale de la burqa, sur le principe même de l'interdiction générale. Qu'est-ce que vous en pensez ?
Ecoutez c'est vrai que ça fait des semaines que cette question est soulevée. Moi, ce que je vais vous dire très franchement ici ce matin. Je le dis au nom de mes collègues députés socialistes, nous sommes sur cette question dans un état d'esprit de dialogue. C'est à dire que si il n'y a pas de préalable, si on peut discuter que c'est pas à prendre ou à laisser le projet de loi du gouvernement... alors il y aura dialogue. Et quelles sont les conditions que nous mettons ? C'est pas de préalable, notamment qu'il n'y ait pas de procédure d'urgence au Parlement. Je rappelle que quand nous avons voté la loi sur les signes religieux à l'école, ça s'est passé de façon consensuelle avec Jean-Louis Debré à la tribune de l'Assemblé nationale et on a fait œuvre utile, elle a été votée à la quasi-unanimité. Elle a été efficace.

Vous le demandez à votre tour : pas de procédure d'urgence
Pas de procédure d'urgence... Deuxième chose que nous demandons, c'est  de  tenir compte des avis juridiques du Conseil d'Etat et puis troisièmement ce que nous demandons c'est que cette loi, si elle est votée, elle soit efficace, qu'elle soit applicable parce qu'il n'y a rien de pire que de faire une loi d'effet d'annonce qui ne débouche sur rien, qui ne  règle rien et qui donnera un argument supplémentaire aux fondamentalistes. Et ça je ne le veux pas.

Le Conseil d'Etat était opposé à l'interdiction générale. Ce que vous dites ce matin c'est qu'il faut tenir compte de l'avis du Conseil d'Etat
Evidemment, évidemment ..

Vous ne voterez pas une loi d'interdiction générale ?
Je termine...  Si sur la base de ce préalables que nous mettons qui sont des préalables, j'aillais dire, de dialogue républicain, ils sont acceptés alors nous entamerons le dialogue avec le gouvernement sur le projet. Mais s'il n'y a pas de volonté de dialogue, si c'est à prendre ou à laisser.. si c'est pour reprendre l'expression de Jean-François Copé : "pour revenir aux fondamentaux de la Droite" ou de l'extrême Droite, alors là on déposera nous-mêmes notre propre texte parce qu'il n'y aura pas de "ni-ni", pas d'esquives de notre part, on sera clair mais on ne va pas se laisser enfermer dans un jeu politicien qui n'a pour but, tout le monde a compris, que de reconquérir une partie de la Majorité qui de toutes façons ne retrouvera pas. Il suffit d'écouter ici sur votre antenne, JM Le Pen dimanche dernier, qui ricanait qui jubilait parce qu'au fond Monsieur Sarkozy est en train d'aller sur son terrain et quand il va sur son terrain; il perd tout le temps

Donc pour résumer, JM Ayrault, le groupe socialiste que vous présidez est disponible pour rechercher un consensus avec la Majorité sur le voile
Franchement, JM Apathie si vous avez bonne mémoire et je crois que vous en avez une... En 2004, lorsque la loi sur les signes religieux a été votée, j'étais l'avocat de cette idée d'un texte mais j'ai considéré qu'il fallait prendre le temps.IL y avait eu la mission d'information parlementaire, la aussi il y a une mission, il faut peut être tenir compte de ses recommandations, elle n'a pas proposé une loi générale parce qu'elle considère que il y a un risque de difficulté d'application. Donc rien n'est pire que de voter des lois qu'on ne peut pas appliquer parce que là la confiance des citoyens n'existe plus et le politique est ridicule et moi j'ai pas envie d'être ridicule. Et puis enfin, il faut du temps, il faut plusieurs mois pour faire ça. Je rappelle, alors c'est évidemment une très très grande loi historique, la loi de 1905... Vous savez combien de temps ils ont mis les parlementaires ? Un an pour en débattre.

Et puis aujourd'hui c'est une loi qui fait consensus même si elle a été très très fortement controversée à l'époque. Donc moi ce que j''ai envie c'est qu'on puisse vivre en paix dans notre pays, en paix civile et faire en sorte que lorsqu'on légifère  sur ces questions difficiles, on le fasse avec un esprit de concorde républicaine par ce que si on ne le fait pas, il y a une partie de la population qui va se sentier stigmatisée, ou qui souffrira de l'amalgame. Je voudrais quand mm rappeler qu'en France il y a plusieurs religions, il y a aussi des non-croyants et il faut que chacun puisse se sentir,d ans la dignité, serein dans ses pratiques et ses convictions

J-M Ayrault, président du groupe socialiste était l'invité de RTL ce matin... Et promis, demain on parle d'autre chose que de la burqa.

Lire la suite
Chroniques L'invité de RTL Jean-Michel Aphatie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
5939402507
Jean-Marc Ayrault : "L'attitude de Brice Hortefeux dans cette affaire est lamentable !"
Jean-Marc Ayrault : "L'attitude de Brice Hortefeux dans cette affaire est lamentable !"
Jean-Marc Ayrault, député-maire PS de Nantes, président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale était l'invité de RTL Matin mardi matin. Il répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie. Il est longuement revenu sur la situation de Liès Hebbadj, cet homme accusé de polygamie qui vit dans la banlieue nantaise.
https://www.rtl.fr/actu/politique/jean-marc-ayrault-l-attitude-de-brice-hortefeux-dans-cette-affaire-est-lamentable-5939402507
2010-04-27 12:38:00