3 min de lecture Budget

Jean-Jacques Augier n'a tiré "aucun avantage fiscal" de ses investissements offshore

Le trésorier de la campagne présidentielle de François Hollande en 2012, Jean-Jacques Augier, s'est défendu jeudi d'avoir retiré un avantage fiscal avec des participations financières à des sociétés enregistrées aux îles Caïmans, l'un des paradis fiscaux les plus "juteux" de la planète. Et dédouane François Hollande.

Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

"Aucun actif à l'étranger"

"Ces deux prises de participation n'ont entraîné aucun avantage fiscal particulier ni en France, ni ailleurs". Par le biais d'un communiqué de sa holding Eurane, le trésorier de campagne de François Hollande se défend fermement, précisant également "qu'il ne détient aucun actif, compte ou participation à titre personnel à l'extérieur du territoire français".

Jeudi, Le Monde affirmait que Jean-Jacques Augier, propriétaire du magazine Têtu et proche de François Hollande depuis l'ENA et la fameuse "Promotion Voltaire" en 1980, était actionnaire de deux sociétés offshore dans les îles Caïmans. Par communiqué de sa holding Eurane, Jean-Jacques Augier riposte.Et se défend en précisant que les deux investissements, effectués en Chine, dans une chaîne de librairies et une prise de participations très minoritaire dans une société développant une agence de voyage en ligne, sont légaux.

>
Sur RTL, Jean-Jacques Augier éteint la polémique Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date :


Des investissements conformes à la législation fiscale

À lire aussi
Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. Budget
Budget 2021 : la taxe sur le poids des véhicules n'en fera pas partie, affirme Pompili

Deux investissements "été effectués à travers une prise de participation capitalistique dans deux sociétés holdings enregistrées aux îles Caïmans aux côtés d'autres actionnaires", indique Eurane, en précisant qu'il s'agit des sociétés IBL (International Bookstore Limited) en 2005 et Xanadu en 2008. La Chine, un pays que Augier connait bien pour y avoir vécu entre 2001 et 2010  pour y créer une librairie et des... boucheries.

"Ces deux participations sont intégrées en toute transparence, conformément à la législation fiscale, et ce depuis l'origine, dans les comptes de la société d'investissement Eurane en France et dans ceux de la société Capital Concord Development à Hong Kong", précise le communiqué. Eurane "détient à ce jour directement et par la société holding Capital Concord Development (filiale à 100% d'Eurane) environ 70% de la société IBL et environ 2,5% de la société Xanadu", détaille-t-elle.

Il dénonce une volonté d'atteindre François Hollande

Être actionnaire d'une société offshore n'est pas en soi une infraction, mais ces révélations nourrissent la polémique alors que la confiance des Français en la probité des hommes politiques a été ébranlée après l'affaire du compte en Suisse non-déclaré de l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac. François Hollande, dont le désamour avec les Français se confirme petit à petit, se serait bien passé d'une nouvelle polémique.

Le timing de ces révélations affaiblissent encore plus l'exécutif français, ce que regrette Jean-Jacques Augier, dans un entretien donné à l'AFP. Pour lui, François Hollande  n'a "rien à voir, ni de près, ni de loin" avec ses investissements, dont il n'a eu "en aucun cas" connaissance.  "Cette polémique est tout à fait absurde. Je m'insurge contre l'utilisation que l'on essaye de faire de ma personne pour atteindre le chef de l'Etat", a ajouté l'homme d'affaires, qui, sur RTL, a déclaré être prêt à "ouvrir ses comptes aux autorités publiques" et réfutant les allégations sur un possible financement illégal de la campagne de François Hollande en 2012.

Hollande au courant de rien

Le président français, en déplacement au Maroc, a démenti lundi être au courant des activités de Jean-Jacques Augier.  "Je ne connais rien de ces activités, et si elles ne sont pas conformes à la loi fiscale, je demande que l'administration" s'en empare et qu'elle fasse "les rectifications si nécessaire", a déclaré M. Hollande lors d'une conférence de presse à Rabat. Sur ces "activités privées", "c'est à l'administration fiscale de faire son travail", a-t-il insisté.

En revanche, "il a été le trésorier de ma campagne et mes comptes de campagne de 2012 ont été considérés comme parfaitement conformes au droit", a ajouté le chef de l'Etat français.

>
François Hollande défend Jean-Jacques Augier


Lire la suite
Budget François Hollande Affaire Cahuzac
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants