1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Jean-Frédéric Poisson : "Les choix du gouvernement français participent à la déstabilisation de la Syrie"
1 min de lecture

Jean-Frédéric Poisson : "Les choix du gouvernement français participent à la déstabilisation de la Syrie"

REPLAY / INVITÉ RTL - Le député chrétien-démocrate, accompagné de deux autres élus, a rencontré le président syrien à Damas pour discuter de la crise syrienne. Le gouvernement de François Hollande a coupé ses relations diplomatiques avec le régime syrien depuis le début du conflit.

"La situation en Syrie c'est soit Daech, soit Assad", affirme Jean-Frédéric Poisson de retour de Damas RTL, le 29 octobre 2015
"La situation en Syrie c'est soit Daech, soit Assad", affirme Jean-Frédéric Poisson de retour de Damas RTL, le 29 octobre 2015
Crédit : Cécile de Sèze / RTL.fr
Jean-Frédéric Poisson : "La situation en Syrie, c'est soit Daesh, soit Assad"
08:15
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Le président du Parti chrétien-démocrate, Jean-Frédéric Poisson, a effectué un aller-retour à Damas en compagnie des députés Véronique Besse et Xavier Breton pour rencontrer le président syrien Bachar al-Assad. Alors que François Hollande a coupé toute relation diplomatique avec Damas depuis le début de la guerre civile syrienne, le député des Yvelines est persuadé qu'il faut composer avec le régime syrien pour mettre fin à la crise : "La situation en Syrie c'est soit Daesh, soit Assad."

"Le but de ce voyage, ce n'est pas de soutenir ou pas Bachar al-Assad.", assure le successeur de Christine Boutin à la tête des Chrétiens démocrates, mais de "mieux comprendre la situation syrienne". Jean-Frédéric Poisson souligne que la situation syrienne impacte directement la France, avec la crise migratoire que traverse actuellement l’Europe.

La France préfère soutenir l'Arabie saoudite qui décapite, qui condamne à mort et qui coupe des mains plutôt que d'essayer de trouver des solutions en Syrie.

Jean-Frédéric Poisson

Le candidat déclaré à la primaire des Républicains condamne fermement l'attitude de la diplomation française sur le dossier syrien. "La France préfère soutenir l'Arabie saoudite qui décapite, condamne à mort et coupe des mains plutôt que d'essayer de trouver des solutions en Syrie", s'insurge Jean-Frédéric Poisson, qui cite aussi la Turquie parmi les partenaires répréhensibles de la France au Moyen-Orient. S'il reconnaît que le Bachar al-Assad ne souhaite pas quitter le pouvoir, il appelle la France et la communauté internationale à accompagner les élections qui auront lieu en juin prochain en Syrie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/