1 min de lecture Isabelle Balkany

Isabelle Balkany : "Je n'y suis pour rien si j'ai été élevée dans un hôtel particulier du 16e"

Le couple Balkany s'est confié sur les saisies de ses biens au "Journal du Dimanche" avec une légère provocation qui les caractérise bien.

Isabelle et Patrick Balkany à l'anniversaire de Nicolas Sarkozy en 2013.
Isabelle et Patrick Balkany à l'anniversaire de Nicolas Sarkozy en 2013. Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Patrick Balkany et surtout son épouse, Isabelle, se sont exprimés dans un entretien au Journal du Dimanche du 16 août. Le couple est poursuivi pour blanchiment de fraude fiscale, corruption et blanchiment de corruption. Contacté par le journal, le couple a été invité à s'exprimer sur les saisies de ses biens qui sont intervenues ces derniers jours et sur celle qui a été ordonnée concernant leur villa à Marrakech. Villa dont ils ont toujours nié être les propriétaires. 

Le député-maire et son épouse n'ont plus le droit de quitter le territoire français, leurs passeports ayant été saisis. Une situation que Patrick Balkany souhaite prendre avec détachement affirmant avoir "déjà voyagé dans (sa) vie. A chaque âge ses plaisirs". L'intéressé dément également avoir touché des commissions occultes en déclarant simplement qu'il "n'y a rien".

Je n'aurais jamais dû faire de politique

Isabelle Balkany, épouse du député-maire de Levallois-Perret (92)
Partager la citation

Isabelle Balkany fait de son côté preuve de moins de philosophie. Les journalistes auraient raconté "n'importe quoi" sur leur compte et ce dans le seul but "d'atteindre Nicolas Sarkozy". Concernant les nombreux biens immobiliers qu'ils possèdent, Isabelle Balkany a tout simplement expliqué avoir touché un héritage familial. Après avoir nié être les propriétaires d'une villa à Saint-Martin, l'épouse Balkany était revenue sur ses déclarations lors de sa garde à vue en 2014. Elle affirme aujourd'hui qu'elle avait placé une partie de son héritage dans cette villa Pamplemousse pour ses enfants.
 
Et c'est maladroitement qu'Isabelle Balkany a justifié sa position au JDD. "Je n'y suis pour rien si j'ai été élevée dans un hôtel particulier de 3.000 mètres carrés du XVIe, et si, enfant, j'allais en Rolls à l'école ! J'ai eu de l'argent de ma famille." L'adjointe au maire peste même sur sa carrière affirmant : "Je n'aurais jamais dû faire de politique." Des arguments qui plairont certainement aux enquêteurs.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Isabelle Balkany Affaire Balkany Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants