1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Interdiction des véhicules polluants à Paris : "Non, je ne reculerai pas", prévient Anne Hidalgo
2 min de lecture

Interdiction des véhicules polluants à Paris : "Non, je ne reculerai pas", prévient Anne Hidalgo

REPLAY / INVITÉE RTL - La maire socialiste regrette le recours lancé par une association d'automobilistes contre cette mesure anti-pollution qui doit entrer en vigueur le 1er juillet 2016.

Anne Hidalgo le 18 février 2015 (illustration)
Anne Hidalgo le 18 février 2015 (illustration)
Crédit : BRENDAN SMIALOWSKI / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon

Le combat de la ville de Paris contre la pollution atmosphérique se concrétise un peu plus. À partir du 1er juillet, les voitures essence ou diesel immatriculées avant 1997 ne pourront plus circuler dans les rues de la capitale entre 8h et 20h en semaine. Une mesure quelque peu impopulaire auprès des conducteurs, comme l'illustre l'action collective lancée contre la mairie par l'association 40 millions d'automobilistes. "Très déterminée" à maintenir le cap, Anne Hidalgo ne compte pas revenir sur cette décision et demande plutôt à l'association de "penser à nos enfants et à la planète".

"Non, je ne reculerai pas", prévient donc la maire socialiste au micro de RTL, tout en critiquant l'action de ces "gens qui regardent dans le rétroviseur". "Je sais que la politique que nous conduisons est soutenue par une grande majorité de Parisiens et de Franciliens", poursuit-elle.

La fin du diesel à Paris en 2020

Aux arguments économiques avancés par l'association, qui craint notamment un effondrement du marché de l'occasion, Anne Hidalgo répond avec son "plan d'accompagnement" prévu pour aider les détenteurs de ces voitures polluantes. "On ne se contente pas de faire des interdictions. On propose des alternatives en termes de mobilité, avec plus de transports collectifs et l'accroissement de l'offre Autolib'. Puis il y a les aides financières, en accompagnant le passage à d'autres formes de mobilité", rappelle celle qui a pour objectif d'éradiquer le diesel à Paris en 2020.

En outre, Paris a lancé un recours pour contester la décision de l'Union européenne d'augmenter de 110% les seuils autorisés d'émission diesel. Anne Hidalgo se dit ainsi "très déterminée" à lutter contre la pollution : "Après le scandale Volkswagen, plutôt que d'être plus exigeante vis-à-vis des constructeurs, la commission européenne a décidé de s'aligner sur un très bas niveau d’exigence". L'élue PS dénonce également l'influence des "lobbys des constructeurs", dont certains ne se privent pas de faire du "chantage à l'emploi". Sur ce dossier, Anne Hidalgo peut compter sur le soutien de Ségolène Royal. Selon elle, la ministre de l'Environnement envisage que l'État "appuie" son action.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/