1 min de lecture France

Inondations : une nouvelle taxe destinée à la prévention

Les sénateurs ont créé, ce lundi, une nouvelle taxe facultative destinée à la prévention des inondations. Ces dernières coûtent 1 milliard d'euros par an.

Des pompiers évacuent des habitants de Saint-Laurent-de-Neste victime de la crue de la Garonne en juin 2013.
Des pompiers évacuent des habitants de Saint-Laurent-de-Neste victime de la crue de la Garonne en juin 2013. Crédit : AFP / THOMAS SAMSON
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Confiée aux communes et aux intercommunalités, cette "taxe pour la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations" aura pour objet de financer les travaux permettant de réduire les risques d'inondation et les dommages causés aux personnes et aux biens. En contrepartie, le montant des primes d'assurances contre le risque inondation et celui des franchises devront tenir compte de la réduction des risques qui résultera des travaux de prévention.

Cette taxe a été créée par deux amendements identiques, l'un du RDSE (à majorité PRG) et l'autre UMP. Selon Louis Nègre (UMP), qui préside de la mission commune d'information sur les risques d'inondation, les inondations sont le premier risque naturel en France, avec 19.000 communes sur 36.000. Elles coûtent 1 milliard d'euros par an, et le fonds d'indemnisation verse 500 millions d'euros par an. Aux Pays-Bas, a-t-il ajouté, on consacre 1,2 milliard d'euros par an à la prévention.

Un objectif de 600 millions d'euros récoltés

Soulignant que la taxe sera facultative, Pierre-Yves Collombat (RDSE) a jugé qu'elle constituera "un dispositif supplémentaire, si les communes l'estiment nécessaire". "Les régions, les départements, l'agence de l'eau continueront d'abonder la ressource", a-t-il dit. Précisant que son montant sera plafonné à 40 euros et devra être proportionné au coût des travaux et des actions planifiées, il a ajouté qu'elle pourra rapporter 600 millions d'euros, a-t-il dit.

La ministre déléguée à la décentralisation, Anne-Marie Escoffier, a estimé de son côté qu'avec cette taxe, la totalité du coût de la prévention sera couvert. Cette nouvelle taxe doit encore recevoir l'aval de l'Assemblée nationale pour pouvoir entrer en vigueur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
France Environnement Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants