2 min de lecture Sécurité

INFOGRAPHIE - Sécurité : pourquoi la bataille des chiffres entre Nicolas Sarkozy et Bernard Cazeneuve est biaisée

Le président des Républicains et le ministre de l'Intérieur s'accusent mutuellement de mentir sur le bilan du gouvernement, statistiques à l'appui.

Nicolas Sarkozy et Bernard Cazeneuve lors d'une cérémonie en hommage à Aurélie Fouquet, le 20 mai 2015 à Villiers-sur-Marne.
Nicolas Sarkozy et Bernard Cazeneuve lors d'une cérémonie en hommage à Aurélie Fouquet, le 20 mai 2015 à Villiers-sur-Marne. Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

La sécurité occupe à nouveau une place de premier ordre depuis la journée de travail organisée par Les Républicains le 3 novembre dernier. Alors que Nicolas Sarkozy avait profité de l'occasion pour renouer avec ses thématiques de prédilection et tacler le gouvernement sur son bilan, Bernard Cazeneuve a brandi à son tour des statistiques pour défendre l'action de l'exécutif. Quand l'ancien super ministre de l'Intérieur dénonce "la progression de la délinquance" depuis 2012, l'actuel locataire de la place Beauvau rétorque que les actes de délinquance sont en baisse sur les douze derniers mois.

Agacé par les attaques de son prédécesseur, Bernard Cazeneuve a déclaré qu'il était "prêt à faire un débat public avec Nicolas Sarkozy" pour corriger "les approximations" des Républicains en matière de sécurité. Mais qui des deux hommes a raison? En se référant aux données publiées par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), on comprend mieux le choix de la période de référence du ministre de l'Intérieur et de son contradicteur.

Des chiffres à la baisse sur les 12 derniers à l’exception des cambriolages

Parmi les statistiques publiées sur les délits non routiers constatés en France métropolitaine par la police et la gendarmerie, nous avons choisi de nous pencher sur l'évolution de quatre des principaux délits relevés entre 2010 et 2015 : les cambriolages, les vols violents sans arme et les actes de dégradations ou de destructions de bien et de véhicules privés. Un choix non exhaustif mais représentatif des actes délictuels répertoriés.

À la lumière de ces statistiques, il apparaît que les délits ne connaissent pas de hausse majeure depuis 2010 à l'exception des cambriolages qui ont augmenté de plus de 40% sur cette période, tout particulièrement à partir de 2012. Mais ces propos qui pourraient donner du crédit au président des Républicains peuvent être nuancés par la baisse du nombre d'actes de dégradation et de destruction sur la même période. Depuis 2012, ces délits sont par exemple en baisse de près de 25 %.

À lire aussi
Un tramway à Dijon (illustration) faits divers
Dijon : un conducteur de tramway agressé

La tendance est encore plus forte sur les douze derniers mois, où l'on remarque aussi un léger fléchissement du nombre de vols avec violence. La passe d'arme à laquelle se livrent Bernard Cazeneuve et Nicolas Sarkozy sera donc dénuée de sens tant que les deux hommes argumenteront sur des périodes différentes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité Justice Insécurité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants