1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Immigration : "En Europe, ce sont les États qui sont coupables"
2 min de lecture

Immigration : "En Europe, ce sont les États qui sont coupables"

ÉDITO - La situation à Calais et la monté du populisme en Allemagne interrogent sur les solutions dont dispose l'Europe.

Alain Duhamel
Alain Duhamel
Crédit : Damien Rigondeaud
Immigration : "En Europe, ce sont les États qui sont coupables"
00:03:12
Immigration : "En Europe, ce sont les États qui sont coupables"
00:03:14
Alain Duhamel

Alors que des manifestations ont lieu à Calais, Alain Duhamel estime que "la peur des riverains, des commerçants, des industriels, des chauffeurs-routiers, est parfaitement légitime. L'insécurité ne cesse d'augmenter, et ce qu'on peut redouter c'est, après les morts par rixes ou quasi-suicide des migrants, que ça se termine par des affrontements globaux et que ça prenne des proportions supplémentaires angoissantes." Pour l'éditorialiste, personne n'est réellement à blâmer, sinon "les majorités précédentes" dont les politiques ont abouti à cette situation.

Surtout, le journaliste estime que "la frontière avec la Grande-Bretagne est à Calais au lieu d'être à Douvres. Peut-être que quand les Britanniques se décideront à mettre en œuvre les résultats de leur référendum, et donc du Brexit, peut être qu'on pourra revenir là-dessus. Mais pour l'instant, on ne peut pas", affirme-t-il. Parallèlement à la situation calaisienne, Alain Duhamel observe la situation en Allemagne, et analyse qu'"Angela Merkel vient de subir une défaite électoral massive, spectaculaire, qui est en même temps un camouflet personnel."

Le problème est à l'échelle européenne

Il affirme que la chancelière "avait pris la décision d'accueillir un million de réfugiés en Allemagne. Après les fameux événements de Cologne, l'opinion a complètement basculé, donc maintenant, c'est un parti populiste, aux limites de l'extrême droite, qui passe devant le parti d'Angela Merkel dans la propre circonscription législative personnelle d'Angela Merkel. Ça veut dire que pour la première depuis la guerre, il y a une extrême droite qui apparaît de nouveau en Allemagne."

Face à ces événements politiques, qui résultent de troubles géopolitiques, l'éditorialiste affirme que "l'Europe n'y est pour rien, parce que l'Europe n'a aucun pouvoir dans ce domaine. Ce sont les états qui sont souverains et qui ne veulent pas se dessaisir de leur pouvoir. Or le problème est bien à l'échelle européenne." Mais le problème ne se résoudra pas de lui-même, puisque, selon Alain Duhamel, "il est évident que les guerres ne vont pas s'arrêter, que la misère ne va pas disparaître en Afrique et que la démographie ne va pas devenir brusquement beaucoup plus raisonnable. La seule solution serait que les États acceptent de déléguer à l'Europe avec des moyens suffisants."

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire