2 min de lecture Assemblée nationale

Immigration : Emmanuel Macron craint des "frondeurs" au Parlement

CONFIDENTIELS RTL - Le président de la République met tout en place pour éviter que certains députés élèvent la voix contre le projet de loi sur l'asile et l'immigration.

Les Confidentiels RTL
Immigration : Emmanuel Macron craint des "frondeurs" au Parlement
Crédit Média : RTLnet Crédit Image : CHAMUSSY/SIPA
Voir la suite

Il s'agit d'un des grands textes de 2018. La loi asile et immigration n'est pas le seul dossier chaud de l'année, mais c’est un dossier qui préoccupe Emmanuel Macron. Le chef de l’état n’a pas aimé du tout la polémique qui est née à l’Assemblée nationale au mois de décembre autour du texte.

D'abord, parce que le mot "frondeur" est réapparu, confie un proche du Président : c'est vraiment le mot interdit dans la macronie. Ensuite, parce que l’accueil des migrants est un sujet qui peu réveiller le fameux clivage droite-gauche.

Lors de ses vœux le 31 décembre, le chef de l’État a donc rappelé la philosophie du texte, car il n’est pas satisfait de la manière dont les piliers de la majorité ont défendu ce texte. Il compte leur redire mercredi 3 janvier, pendant le séminaire gouvernemental. L’Élysée n’en fait pas mystère, confie un proche du président : tout le monde va devoir s’y mettre et mener un travail de conviction.

Offensive médiatique

L’exécutif entame ce matin une offensive pour convaincre les Français et les parlementaires les plus sceptiques. Après une interview de Christophe Castaner dans le JDD dimanche 31 décembre, Édouard Philippe était sur France 2 mercredi 3 janvier.

Les parlementaires seront également "travaillés au corps", glisse un membre de la majorité. Gérard Collomb les reçoit en petits groupes depuis deux semaines, certains ont même été missionnés pour expliquer le texte aux collègues moins à l’aise. Un séminaire sera organisé le 15 janvier, il sera là aussi question d'asile et immigration.

Tout est mis en place pour éviter les critiques des députés qui ont reproché le manque de dialogue sur le sujet. Mais cela n’empêchera pas l’apparition de "frondeurs" dans la macronie : sur 313 parlementaires, une poignée ne voudra pas de ce texte quoiqu'il arrive.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés