1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Il n'y a quasiment plus de Premier ministre, il est dissout", lance Éric Ciotti
1 min de lecture

"Il n'y a quasiment plus de Premier ministre, il est dissout", lance Éric Ciotti

REPLAY - Invité du "Grand Jury", le député LR des Alpes-Maritimes n'a pas ménagé le gouvernement, estimant que "tout est décidé comme jamais à l'Élysée".

Éric Ciotti était l'invité du "Grand Jury" dimanche 10 septembre 2017
Éric Ciotti était l'invité du "Grand Jury" dimanche 10 septembre 2017
Éric Ciotti était l'invité du Grand Jury dimanche 10 septembre 2017
51:24
Le Grand Jury du 10 septembre 2017
51:40
Léa Stassinet

Éric Ciotti a distribué ses bons et ses mauvais points à destination des membres du gouvernement, ce dimanche 10 septembre. Invité du Grand JuryRTL-LCI-Le Figaro, le député Les Républicains n'a pas été tendre avec les ministres d'Emmanuel Macron. Seul celui de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer trouve grâce à ses yeux. "Il a réussi son début", concède l'élu. 

"Pour le reste, quel ministre a réussi à imprimer quelque chose de façon profonde ?", s'interroge Éric Ciotti, qui n'y va pas par quatre chemins : "On a un gouvernement qui est relativement faible". Le député cible ensuite plusieurs ministres. "On parlait du ministre de l'Intérieur : est-ce qu'il incarne une volonté de lutter contre l'insécurité ?", demande celui qui avait critiqué quelques minutes plus tôt Gérard Collomb sur la gestion de l'ouragan Irma, le jugeant "totalement absent"

Florence Parly n'est pas en reste puisque selon Éric Ciotti, la ministre des Armées a elle aussi été "totalement absente" du débat budgétaire. "Est-ce que vous pensez qu'elle incarne quelque chose ?", lance à nouveau l'élu. Mais rien de surprenant à cela, puisque le député estime qu'en réalité, "tout est décidé comme jamais à l'Élysée". Ce serait donc Emmanuel Macron qui tirerait toutes les ficelles, laissant peu de place à Édouard Philippe, selon l'élu des Alpes-Maritimes : "Il n'y a quasiment plus de Premier ministre, il a été quelque part un peu dissout". 

De toute façon, pour Éric Ciotti, il n'y a rien à sauver dans ces premiers mois effectués par le gouvernement Philippe. "Beaucoup de temps est passé depuis le mois de mai, quels textes ont été portés ? La loi de moralisation, avec finalement une loi de populisme anti-parlementaire. Qu-est-ce qui a été fait à part des mesures contre les parlementaires ?", insiste le député pour terminer son bilan.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/