3 min de lecture Présidentielle 2017

Hollande, Valls, Montebourg... "Qui conduira le corbillard du PS en 2017 ?"

ÉDITO - Au Parti socialiste, qui est le meilleur candidat pour échouer à la présidentielle ? Le décryptage d'Olivier Bost.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Hollande, Valls, Montebourg... "Qui conduira le corbillard du PS en 2017 ?" Crédit Image : Éric Cabanis / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Olivier Bost
Olivier Bost
et Loïc Farge

C'est un élu qui nous a résumé la situation d’une phrase la semaine dernière : "Au PS, ils vont se battre pour conduire le corbillard". Il ne croyait pas si bien dire. Car là, avant même l’ouverture officielle de la course à la primaire, les esprits s’échauffent, les confidences assassines se multiplient. Ils sont de plus en plus nombreux à penser, à plus ou moins haute voix, qu’ils doivent être candidats, qu’ils feraient mieux que François Hollande.

À tel point que ce week-end, le plus fidèle des fidèles, le dernier des proches quand il n’en restera qu’un seul, Stéphane le Foll, a été obligé de voler au secours de François Hollande. Sa formule cache mal son inquiétude : "Le patron, jusqu'à nouvel ordre, c’est le président de la République". Tout est dans le "jusqu'à nouvel ordre". Tout cela peut paraître incroyable de se battre pour perdre, mais c’est vraiment ce qui se produit.

Ils sont très nombreux à en faire des caisses sur le livre des deux journalistes du Monde - "le livre de François Hollande, ce grand bavard", comme nous l'a rebaptisé l’un de ses amis. Les ennemis politiques du chef de l'État vont en fait essorer le bouquin jusqu'à la dernière page pour l'affaiblir. À ce petit jeu, Manuel Valls est le plus cruel. Il a été "ulcéré" par ce qu’il a lu. Il considère que ce livre est "une faute personnelle" du chef de l’État. Il y voit "une forme d’irresponsabilité", un "manque de stature présidentielle". En une phrase, si l’on doit résumer son état d’esprit : aujourd'hui, Manuel Valls ne supporte plus François Hollande.

À lire aussi
Benoît Hamon au soir de sa défaite au premier tour de l'élection présidentielle, à Paris le 23 avril 2017 Parti socialiste
Présidentielle 2017 : Benoît Hamon aussi a bénéficié de ristournes

Valls, le pompier pyromane qui reprend la lance à eau

Mais il ne faut pas s’y tromper. Ces confidences, comme toutes celles que l’on collectionne au PS depuis quinze jours, n’ont qu’un seul but : pousser François Hollande dans l’escalier. Le pousser à ne pas se présenter à la primaire du PS en 2017. Manuel Valls veut être candidat à la primaire à la place de François Hollande. Mais comme il ne peut pas le dire ouvertement comme ça, il préfère confier qu’il est inquiet.

Manuel Valls a peur que François Hollande soit battu par Arnaud Montebourg à la primaire. C’est ce qu’il dit à ses proches. Cela ferait immédiatement exploser le Parti socialiste. C’est ça le scénario catastrophe de Manuel Valls. "Une gauche atomisée, dit-il, qui sort de l’Histoire". Manuel Valls ne fait pas franchement mieux dans les sondages que François Hollande. Mais il joue en fait sa survie politique. Pour la suite, il doit se détacher de l'image de François Hollande qui l'entraîne dans sa chute. Dans cette tactique, le Premier ministre joue les nouveaux rassembleurs de la gauche. C'est le pompier pyromane qui reprend la lance à eau.

Il n’y a plus de guerre avec les frondeurs ou même avec Jean-Luc Mélenchon. Manuel Valls appelle au rassemblement. Il est même devenu un partisan du revenu universel (c'est nouveau !). Ce nouveau positionnement plus à gauche de Manuel Valls n’a pas échappé à Arnaud Montebourg ce week-end. Il a été obligé de rappeler dans une interview : "L'alternative à François Hollande, c’est moi". Arnaud Montebourg provoque même Manuel Valls en duel. Il lui dit : "Démissionne du gouvernement et présente-toi à la primaire".

Hollande laisse tout le monde s'échauffer

Les autres sont plus discrets mais n’en disent pas moins, loin des micros. Chacun, dans la guerre terrible qui s’annonce au PS, commence à prendre position. Un ministre comme Michel Sapin, par exemple, nous a confié qu’il soutiendrait Manuel Valls s’il remplace François Hollande dans la primaire. En revanche, d’autres, comme Marisol Touraine, demandent à voir et estiment qu’il n’y a aucune règle qui impose que le premier ministre remplace le président sortant.

François Hollande, lui, laisse tout le monde s’échauffer. Il fait comme si de rien n’était. Il a encore rempli son agenda cette semaine de sorties, de discours et de déplacements. C’est son éternelle "opération reconquête". À la fin quand même, si tous les autres s’entre-déchirent, c’est peut-être lui qui apparaîtra comme le meilleur candidat du PS. Le meilleur candidat pour perdre l’élection présidentielle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Hollande Manuel Valls
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785524637
Hollande, Valls, Montebourg... "Qui conduira le corbillard du PS en 2017 ?"
Hollande, Valls, Montebourg... "Qui conduira le corbillard du PS en 2017 ?"
ÉDITO - Au Parti socialiste, qui est le meilleur candidat pour échouer à la présidentielle ? Le décryptage d'Olivier Bost.
https://www.rtl.fr/actu/politique/hollande-valls-montebourg-qui-conduira-le-corbillard-du-ps-en-2017-7785524637
2016-10-31 09:41:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/wPBNjhGzE3jb3gfHgm6-Jg/330v220-2/online/image/2016/1031/7785525287_le-parti-socialiste-illustration.jpg