1 min de lecture Budget

Hollande : "Pas d'autres hausses d'impôts en 2013 et 2014"

Le Président de la République a annoncé plusieurs axes pour orienter la politique fiscale du pays pour 2013 et 2014. Parmi elles : pas de hausses des impôts jusqu'en 2014 et des allocation familiales modulées. François Hollande est intervenu à la télévision, sur France 2, jeudi soir.

micro générique
La rédaction numérique de RTL

Doute sur les prélèvements qui financeront la Sécurité sociale
Le président François Hollande a promis jeudi qu'il n'y aurait "aucune autre augmentation d'impôts" que celles déjà annoncées en 2013 et 2014, tout en laissant planer un doute sur les prélèvements qui financeront la Sécurité sociale.

"En 2013, on va faire des économies pour qu'il n'y ait pas d'efforts de plus demandés aux Français" et pour 2014, en dehors notamment des hausses de TVA déjà annoncées, "il n'y aura aucune autre augmentation d'impôts", a-t-il déclaré sur France 2. "Pour financer la Sécurité sociale, nous en reparlerons", a-t-il ajouté.

Allocations familiales : les plus hauts revenus pénalisés

Par ailleurs, le chef de l'Etat a annoncé une modulation des allocations familiales selon les revenus, prévenant que "les plus hauts revenus" n'auraient plus le même montant.

Des "réajustements" seraient faits selon "deux principes": "Il n'y aura pas de fiscalisation des allocations" et "on va garder l'universalité". Mais "que les plus hauts revenus aient les mêmes allocations, non! Ça sera revu".

"On fera des économies", a promis le chef de l'Etat en rappelant les "2 milliards de déficits" de la branche famille.

Une réforme des allocations familiales était attendue et la piste d'une baisse des montants, jusqu'à présents identiques quel que soit le niveau de ressources, avait été évoquée parmi d'autres pistes.

Le Haut conseil de la famille (HCF), dont les préconisations pour réformer les prestations familiales étaient attendues le 4 avril, a chiffré à 2,2 milliards d'euros le besoin de financement pour ramener la branche famille à l'équilibre à l'horizon 2016.

La taxe à 75% basculée sur les entreprises

Après trois mois de tergiversations, François Hollande a aussi tranché: la taxe à 75% pour les plus riches, retoquée par le Conseil constitutionnel, va renaître sous la forme d'un prélèvement payé par les entreprises qui versent des rémunérations supérieures à un million d'euros.

"Je vais procéder différemment", a déclaré le chef de l'Etat jeudi soir sur France 2.

Lire aussi : Grand oral de Hollande, les principales mesures

Dans les grands groupes, "l'assemblée générale des actionnaires sera consultée sur les rémunérations et, lorsqu'elles dépassent un million d'euros, l'entreprise aura une contribution à payer qui, toutes impositions confondues, atteindra 75%", a-t-il annoncé.

Cette promesse, emblématique de sa volonté de lutter contre les rémunérations "indécentes" des patrons du CAC 40 qui ont bondi malgré la crise, a connu des fortunes diverses.

Annoncée par surprise le 27 février 2012, elle avait contribué à relancer la campagne du candidat socialiste. Une fois à l'Elysée, le chef de l'Etat a confirmé la mesure, symbole d'une série de hausses d'impôts visant les plus riches.

Mais les "75%" ont aussi rapidement cristallisé les critiques de la droite et du patronat contre un "matraquage" fiscal accusé de pousser les plus fortunés à l'exil -- une polémique qui a tourné à la tragicomédie avec l'expatriation de Gérard Depardieu.

Le Conseil constitutionnel a porté le coup de grâce à la première version de la taxe, le 29 décembre, par une censure à double tranchant. Les "sages" ont mis en cause le fait qu'elle visait chaque personne et non le foyer fiscal, mais leur décision maintenait la menace d'une nouvelle censure motivée, cette fois, par son caractère "confiscatoire".

(Avec dépêches)

Lire la suite
Budget Elysée François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants