1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Hollande face à la peur du FN : "Quand la France réussit, elle n'a pas besoin d'avoir peur"
1 min de lecture

Hollande face à la peur du FN : "Quand la France réussit, elle n'a pas besoin d'avoir peur"

Le président de la République s'est également exprimé sur la crainte d'une montée du FN aux élections départementales.

François Hollande le 2 mars 2015 (archives)
François Hollande le 2 mars 2015 (archives)
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

François Hollande a voulu porter un message d'optimisme et de dynamisme, s'éloignant de la "peur" du Front national exprimée par Manuel Valls. Il a ainsi estimé vendredi que "quand la France réussit, elle n'a pas besoin d'avoir peur", à dix jours du premier tour des élections départementales, lors d'une visite dans le nord de l'Isère où le FN est fortement implanté.

"Ici, en Isère, c'est certainement l'un des départements français où il y a le plus de recherche, d'innovation et de dynamisme", a souligné le chef de l'Etat après avoir parcouru les ateliers d'une usine du groupe POMA, spécialisé dans les transports par câble (téléphériques, télécabines, funiculaires, etc.).

"C'est ce message là que je suis venu porter, pas le message du repli", a souligné le chef de l'Etat qui, sans le nommer mais dans une claire allusion au FN et à son programme, a enchaîné devant la presse: "Une entreprise qui exporte ? On va fermer les frontières ? Le message de la fin de l'euro à un moment où il a une parité qui nous permet d'être compétitif ?".

Des propos "complémentaires" à ceux de Manuel Valls

François Hollande s'est également élevé contre "le message du refus de la concurrence alors même qu'ici nous avons de l'excellence et de l'innovation", concluant: "Quand la France réussit, elle n'a pas besoin d'avoir peur."

À lire aussi

Dans l'entourage du président, on soutenait que ces déclarations étaient "complémentaires" de celles du Premier ministre "mais pas une manière de se démarquer", insistant: "Il n'y a qu'une seule ligne".

Le chef du gouvernement avait suscité dimanche la polémique, déclarant "avoir peur" que la France ne "se fracasse contre le Front National", qui pourrait, selon lui, réaliser un "score sans précédent" à l'occasion des élections départementales.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/