1 min de lecture Politique

Harlem Désir : "Arnaud Montebourg lance des accusations sans preuves"

Le numéro deux du Parti socialiste répondait vendredi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie.

Harlem Désir, nouveau °1 du PS, sur RTL le 4 mars 2011
Harlem Désir, nouveau °1 du PS, sur RTL le 4 mars 2011 Crédit : RTL
Micro RTL
La rédaction de RTL et Jean-Michel Aphatie

Ecoutez aussi sur RTL.fr : Montebourg enflamme les socialistes de Marseille

Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Harlem Désir.

Harlem Désir : Bonjour.

Dans un rapport qui a "fuité" hier dans la presse, consultable notamment sur le point.fr, Arnaud Montebourg, candidat aux primaires socialistes et membre de l'équipe de direction du Parti socialiste, met gravement en cause l'honnêteté des dirigeants socialistes marseillais. Dans ce rapport remis à Martine Aubry, Arnaud Montebourg parle de "clientélisme", de "menaces", voire d'"infractions à la loi". En réponse, le patron des socialistes marseillais, Jean Noël Guérini, a annoncé sa décision de porter plainte contre Arnaud Montebourg. Comment réagissez-vous à ce déballage, Harlem Désir ?

D'abord, il y a en ce moment une enquête qui est menée à Marseille ou dans les Bouches-du-Rhône sur des problèmes de marchés publics. Moi, je souhaite que le juge aille au bout de son enquête et qu'il nous éclaire. Mais j'aimerais qu'on ne fasse pas d'amalgame.

Concernant Jean Noël Guérini, il n'a pas été entendu par ce juge, il n'a pas été mis en cause ; et donc, nous sommes en République. Pour lancer des accusations, il faut qu'il y ait des faits. Arnaud Montebourg a rédigé un rapport dans lequel il donne des affirmations. Ce sont des allégations, ce sont des choses, ce sont peut-être des impressions personnelles qu'il a ; mais Arnaud Montebourg il n'est pas juge d'instruction, moi non plus, vous non plus. Moi je n'ai pas d'information particulière et je voudrais dire aussi que le Parti socialiste n'est pas mis en cause. C'est une affaire de droit commun. Certains aimeraient y mêler le Parti socialiste...

Parlons d'abord du rapport d'Arnaud Montebourg.

Oui, mais moi...

Je vais y revenir.

Non, mais vous avez évoqué le fait qu'on évoquerait des mises en cause concernant l'honnêteté des personnes.

Arnaud Montebourg.

Oui, mais encore une fois, je souhaite que l'on fasse la part...

... J'entends...

... Entre des affaires judiciaires qui sont en cours et qui sont des affaires de droit Commun mais pour laquelle visiblement, le juge estime qu'il y a des personnes qui sont l'objet de suspicions et donc il les a mis en examen, ou il les a entendus, ou il les a incarcérés...

... On va y revenir. Ce rapport. Deux questions factuelles. On a compris, vous l'avez dit...

... Et puis, Jean-Noël Guérini qui n'a en rien été mis en cause, ni même entendu, d'ailleurs à ce stade.

D'accord. Vous l'avez déjà dit. Ne le répétez pas, vous l'avez déjà dit, d'accord. Très bien. Ce rapport, Arnaud Montebourg l'a effectué de sa propre autorité ou c'était à la demande de Martine Aubry ?

Mais il le dit lui-même. Il l'a effectué, je crois, après avoir passé...

... De sa propre autorité...

... 24 heures dans cette fédération.

Donc, ce n'est pas sérieux !

Ca ne constitue pas ce qu'on peut appeler une enquête. Mais il ne suffit pas de lancer des accusations pour que des faits soient avérés et soient prouvés...

... C'est un dirigeant socialiste, Arnaud Montebourg. Il est irresponsable en faisant ce rapport ?

Je pense que très honnêtement, comme vous le rappelez vous-même, on a beau être candidat aux primaires, ça ne veut pas dire que tout est permis.

Ce n'est pas ma question.

Il a d'autres façons, je crois...

Est-ce que c'est responsable de faire ce rapport ?

... De se faire entendre, de se faire valoir...

Est-ce que c'est responsable de faire ce rapport ?

Mais vous me demandez ce qu'il en est de cette attitude de la part d'un dirigeant socialiste. Eh bien moi, je souhaiterais que les dirigeants socialistes comme moi-même qui étais, hier, dans le Calvados en train de faire campagne pour soutenir...

... Non, non, mais...

... Un de nos candidats aux Cantonales, il soit sur le terrain...

... Ce n'est pas ma question. J'entends.

Mais oui... Mais, excusez-moi...

Est-ce que c'est responsable de faire un rapport comme ça ? Oui ? Non ?

Je crois vous avoir répondu, je ne crois pas que ce le soit.

D'accord.

Je crois que, encore une fois, il y a des principes dans la République...

Alors, je vais en lire des extraits...

... Notamment la présomption d'innocence...

... D'innocence.

... Et que ni vous, ni moi n'avons d'informations particulières...

Je vais en lire des extraits... Je vais lire des extraits de ce rapport parce que le rapport ne parle pas des affaires judiciaires. Vous, vous parlez d'autre chose que ce qu'évoque le rapport. Je vais vous lire des extraits de ce qu'a écrit un dirigeant socialiste contre des militants socialistes. "Le Conseil général des Bouches-du-Rhône, dont Jean-Noël Guérini est le président, est utilisé comme un instrument clientéliste non pas pour combattre la Droite, mais pour asseoir le pouvoir de son président sur le Parti socialiste et sur les autres collectivités locales. Le contrôle sans limite de Jean-Noël Guérini sur le Parti socialiste s'exerce par la mise en place systématique à la direction des sections marseillaises d'employés du Conseil général. Ce dernier fait, les sections socialistes à Marseille sont dirigées par des employés du Conseil général." Est-il vrai ou est-il faux ?    

Mais ça relève exactement de ce que je vous disais, Jean-Michel Aphatie.

Mais ça, c'est vérifiable ça ?

Mais non, ce sont des phrases. Ce sont des affirmations. Ce ne sont pas des faits.

Non, ça c'est un fait.

Mais non, ça n'est pas parce que quelqu'un écrit cela dans un document que...

... Mais c'est vrai ou c'est faux ? Les dirigeants du Parti socialiste à Marseille...

Non, mais moi je n'ai pas d'information de cette nature ...

Les sections du Parti socialiste à Marseille...

... Mais je vous ai répondu. Vous savez, Jean-Michel Aphatie...

Non. Non, non, non, non, excusez-moi ! Vous êtes numéro 2 du Parti socialiste...

Mais je viens de vous répondre... Je vous ai dit que ce ne sont pas des faits, que moi je n'en ai pas connaissance...

Vous avez vérifié ?

Nous avons eu connaissance de ce rapport la semaine dernière. Je constate, effectivement, qu'il y a des accusations. Encore une fois, il n'y a pas de preuves... Ce sont des allégations...

Je vous pose une question simple.

Mais je vous ai répondu !

Non.

Jean-Michel Aphatie ...

... Les sections socialistes sont-elles dirigées par des employés du Conseil général des Bouches-du-Rhône ?

Je viens de vous répondre que "non", que je n'ai pas d'informations de cette nature. Donc, Arnaud Montebourg fait cette affirmation... Mais il faut aller...

Donc, il dit n'importe quoi ?

...Eh bien, pardon ; mais il ne suffit pas que quelqu'un dise quelque chose pour que ce soit une preuve.

Jean-Noël Guérini a-t-il raison de porter plainte contre Arnaud Montebourg ?

Je crois que tous les socialistes quand ils portent plainte les uns contre les autres, en général ont tort. Que le débat entre les...

Mais vous vous rendez compte...

Oui, alors attendez !

Vous vous rendez compte du bazar que...

Jean-Michel Aphatie, je vous ai répondu avec...

... Et de la manière dont vous répondez, c'est-à-dire que moi je ne sais rien !

Je vous ai répondu parce que vous me posez gentiment toutes ces questions...

Mais bien sûr ! Ah !...

Très franchement, je pense que les Français qui nous écoutent en ce moment  -il était tout à fait normal que vous posiez ces questions et que j'y réponde-  ils ont aussi d'autres sujets de préoccupation.

Mais bien sûr !

Le prix du gaz qui va augmenter...

Mais bien sûr !

... Celui de l'électricité, le chômage qui continue à exploser contrairement à ce que dit le gouvernement, les cadeaux fiscaux qui sont annoncés. Hier même, je crois que ça les intéresse, aux ménages les plus favorisés. Quand on nous dit que les Caisses de l'Etat sont vides, que l'endettement est extrêmement grave et qu'il manque de l'argent pour les 16.000 postes qui vont être supprimés à la rentrée scolaire. On fait un cadeau de 3 milliards d'euros aux ménages les plus favorisés. Alors, je veux bien qu'on passe toute la matinée sur ce sujet ; mais encore une fois,  sans qu'il y ait de fait, il y a un juge à Marseille. Est-ce que vous, ici à Paris et moi, à RTL, vous en l'occurrence, tous les deux, on a plus d'informations que ce juge qui mène enquête, qui entend des gens, qui en a incarcérés un certain nombre et qui, pour l'instant, n'a pas entendu Jean-Noël Guérini...

Pour être entendu...

Donc, je ne crois pas que c'est sur la base d'accusations comme ça lancées par une personne...

... D'accord ...

... Qu'on peut, nous, se faire juge d'instruction.

Harlem Désir ! Pour être...

... Ni vous, ni moi, ni Arnaud Montebourg ne sommes "juge d'instruction".

Pour être entendu, pour parler des vrais problèmes - ça, vous avez raison -, il faut que la morale et l'éthique soient respectées par les acteurs publics. C'est la grande leçon de ce qui s'est passé avec Michèle Alliot-Marie. Donc, tant que le Parti socialiste a un problème comme ça à Marseille, c'est difficile de parler d'autre chose.

Mais attendez, moi j'aimerais que l'on ne mette pas en cause le Parti socialiste. Même le...

Mais c'est ce que fait Arnaud Montebourg !

Non, non. parce que...

Eh bien, tiens !

... Parce que le Parti socialiste, il n'est mêlé en rien ; assez de caricatures. Il y a des militants au Parti socialiste à Marseille qui, comme partout ailleurs, se battent pour des idées de justice sociale et qui, en ce moment, sont sur le terrain, qui honorent les valeurs socialistes. Et j'aimerais qu'on ne fasse pas une espèce d'amalgame un petit peu caricatural avec des images toutes faites.

Dans son rapport toujours, est-ce que c'est vrai ? Est-ce que c'est faux ? C'est l'introduction du rapport. Arnaud Montebourg écrit que  "La fédération des Bouches-du-Rhône est historiquement connue pour des pratiques de fausses cartes et de trucages de scrutin". Arnaud Montebourg dit-il vrai ou dit-il faux ?

Jean-Michel Aphatie, je voudrais vous répondre, si vous pouviez admettre que...

Mais ça, c'est des histoires internes au Parti socialiste !

... Que c'est une réponse claire une fois pour toute.
 
Oui.

Quand il y a des problèmes dans une fédération du Parti socialiste, nous prenons nos responsabilités. Nous l'avons montré récemment dans le Languedoc-Roussillon dans la fédération de l'Hérault...   

Je repose ma question...

Je vous l'ai dit ...

La fédération des Bouches-du-Rhône...

... Non, ça n'est pas.... une réalité.

... Est-elle connue pour des pratiques de fausses cartes et de trucages de scrutin ? Oui ou non ?

Depuis que Martine Aubry est arrivée, les fichiers d'adhérents, ils ont été nettoyés. D'ailleurs, parfois, on nous dit : "Ah, vous avez moins d'adhérents que vous ne l'affirmiez il y a quatre ou cinq ans". Oui, c'est vrai, aujourd'hui il y a eu 50.000 noms qui étaient dans les fichiers de personnes qui ne renouvelaient pas leurs cotisations, eh bien elles ont été rayées des listes d'adhérents. Même dans les Bouches-du-Rhône, on a vu diminuer à partir de là le nombre de gens qui étaient enregistrés. C'est une fédération qui fonctionne et encore une fois, s'il y a des problèmes, s'il s'avère qu'à un autre stade ...

Est-ce qu'il y a des problèmes à Marseille ou pas ?

... Il y a des personnes mises en cause dans cette fédération ou dans toute autre, nous prendrons nos responsabilités. Nous l'avons fait sans aucune hésitation en Languedoc Roussillon et nous le ferions n'importe où ailleurs.

Qu'allez-vous dire à Arnaud Montebourg : Arrête ! Continue  ! Tu as raison ! Tu as tort !

Mais nous allons lui dire que lui-même qui est attaché aux principes du Droit, de la Justice, de la présomption d'innocence, il doit l'appliquer lui-même quand il a des impressions ou qu'on lui fait des affirmations. Il n'a pas à les colporter. Et pour le reste, je crois qu'il faut qu'il soit avec tous nos camarades à faire campagne, à développer des idées, à faire en sorte que les Français puissent utiliser les élections cantonales pour s'exprimer sur ce qui se passe dans notre pays et pour faire en sorte qu'il y ait plus de départements qui, demain, soient dirigés sur des valeurs de Gauche.

Vous avez quand même un gros problème ! Vous en êtes conscient ?

Mais écoutez, je vous l'ai dit, s'il y avait un problème, nous le règlerions. Il ne suffit pas de lancer des accusations pour affirmer que le Parti Socialiste est mêlé à cette histoire.

Harlem Désir, numéro 2 du Parti socialiste. Est-il possible que nous ayons fait une interview sur un non-problème ?

Vincent Parizot : Je ne sais pas. Est-il possible que vous ayez eu toutes les réponses à vos questions ?

Ah non !

Merci Jean Michel.  

Lire la suite
Politique François Fillon Jean-Michel Aphatie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7665387771
Harlem Désir : "Arnaud Montebourg lance des accusations sans preuves"
Harlem Désir : "Arnaud Montebourg lance des accusations sans preuves"
Le numéro deux du Parti socialiste répondait vendredi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie.
https://www.rtl.fr/actu/politique/harlem-desir-7665387771
2011-03-04 10:05:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/p7kwcLcxteB7PRvIl5nk4g/330v220-2/online/image/2011/0304/7665394314_harlem-desir-n-2-du-ps-sur-rtl-le-4-mars-2011.jpg