1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Hamon : le revenu universel chiffré à 349 milliards d'euros par l'Institut Montaigne
1 min de lecture

Hamon : le revenu universel chiffré à 349 milliards d'euros par l'Institut Montaigne

La mise en place du revenu universel, proposition phare du candidat socialiste, pourrait coûter 349 milliards d'euros, selon les calculs de l'Institut Montaigne pour le journal "Les Échos".

Benoît Hamon, candidat socialiste à la présidentielle 2017
Benoît Hamon, candidat socialiste à la présidentielle 2017
Crédit : SIPA
Philippe Peyre

349 milliards d'euros. C'est le coût estimé du revenu universel par l'Institut Montaigne et dévoilé par Les Échos ce mardi 21 février. Le think-tank s'est en effet attelé à chiffrer de la façon la plus précise possible la réforme phare souhaitée par Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle. Les montants ainsi obtenus sont colossaux.

C'est à partir des pistes de financement avancées par Benoît Hamon que l'Institut Montaigne est arrivé à une facture de 349 milliards d'euros. Tenant compte de la majoration du RSA voulue par le candidat, passant de 514 à 600 euros, et du versement de cette allocation à tous les jeunes de 18 à 25 ans, cela représenterait déjà entre 37,9 et 44,7 milliards d'euros, une somme proche des prévisions de Benoît Hamon. Seulement, le candidat entend, par la suite, élargir ce revenu de 600 euros à l'ensemble de la population. Coût estimé par l'Institut ? 372 milliards d'euros. En revanche, si ce revenu n'est versé qu'aux individus qui gagnent moins de 2.000 euros par mois, comme le candidat a pu l'évoquer, le coût ne serait plus "que" de 260 milliards d'euros. Enfin, si Benoît Hamon va jusqu'au bout de son idée, à savoir porter à 750 euros mensuels le revenu universel, cela coûterait 464 milliards d'euros à l'État, selon l'Institut Montaigne. 

Les calculs du think-tank ont bien pris en compte les pistes avancées par le candidat pour le financement d'une telle mesure mais les prévisions ne tablent que sur une fourchette très large de 41 à 159 milliards d'euros de nouvelles recettes, ce qui ne permettrait au candidat que de pouvoir instaurer un revenu universel de 305 à 424 euros par mois. Des éléments qui vont donner du grain à moudre aux détracteurs de la mesure phare du candidat socialiste. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/