1 min de lecture Grève SNCF

SNCF : Édouard Philippe soutient "autant les grévistes" que "ceux qui veulent travailler"

Le Premier ministre salue également les "clients et usagers de la SNCF" qui ont "des jours difficiles" en raison des grèves, prévues jusqu'à juin prochain.

Édouard Philippe à l'Assemblée nationale, le 7 mars 2018
Édouard Philippe à l'Assemblée nationale, le 7 mars 2018 Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA
lucie valais
Lucie Valais
et AFP

"Je dois dire que j'entends autant les grévistes" que "ceux qui veulent aller travailler". Lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, Édouard Philippe s'est exprimé sur la grève inédite lancée à la SNCF pour protester contre la réforme que prépare le gouvernement.

"Je dois dire que j'entends autant les grévistes, qui parfois le disent avec vigueur, que ceux qui n'acceptent pas cette grève. Plus exactement que ceux qui veulent aller travailler, veulent continuer à bénéficier de leur liberté constitutionnelle d'aller et venir", a déclaré le Premier ministre.

Et d'insister : "Si les grévistes doivent être respectés, les millions de Français qui veulent aller à leur travail, parce qu'ils n'ont pas le choix, parce qu'ils veulent aller travailler, doivent également être respectés". S'adressant aux "clients et usagers de la SNCF", M. Philippe a dit vouloir "les saluer, car ils ont des jours difficiles devant eux, la grève ayant été organisée pour (leur) porter un impact maximal".

Cette réforme a pour objet de sortir du statu quo qui n'est plus tenable

Édouard Philippe, Premier ministre
Partager la citation

Le chef du gouvernement répondait ainsi à la question du député LR de Moselle, Fabien Di Filippo qui dénonçait "une réforme minimale qui engendre un désordre maximal", et visait notamment la "méthode autoritaire et anxiogène des ordonnances" auxquelles le gouvernement souhaite recourir pour certaines dispositions. En réponse, Édouard Philippe a défendu "une réforme ambitieuse".

À lire aussi
Un train Ouigo à Paris Gare de Lyon (illustration) transports
SNCF : Édouard Philippe dénonce "une grève sauvage"

"Cette réforme n'a pas pour objet de privatiser la SNCF, elle n'a pas pour objet de fermer des petites lignes, elle n'a pas pour objet de revenir sur le statut pour ceux qui sont au statut (de cheminot), mais elle a pour objet de sortir de ce statu quo" qui n'est "plus tenable", a poursuivi le Premier ministre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grève SNCF Édouard Philippe SNCF
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants