2 min de lecture Eure

Grand débat : la rencontre entre Macron et les maires soigneusement préparée

Des "maires coordinateurs" ont notamment été désignés pour "préparer en amont deux questions et les attribuer à deux de leurs collègues dont les noms seraient donnés à l’avance aux préfets", selon "Le Point".

Les Indispensables iTunes RSS
Grand débat : la rencontre entre Emmanuel Macron et les maires soigneusement préparée
Crédit Média : RTL Crédit Image : BENOIT TESSIER / POOL / AFP
Voir la suite

Emmanuel Macron inaugure ce mardi 15 janvier sa tournée des mairies de France à Bourgtheroulde dans l’Eure. Mais pourquoi avoir choisi cette ville de 4.000 habitants ? C’est la question que j’ai posée la semaine dernière à l’un des proches d’Emmanuel Macron impliqués dans l’organisation de sa tournée des mairies : "Surtout pour une raison pratique" m’a-t-il répondu, avant d’expliquer, dans un sourire : "Elle est centrale pour l’autoroute". Le président, s’il vient de Paris en voiture, n’aura en principe que deux rond-points à franchir pour arriver dans le centre de Bourgtheroulde, des rond-points qui ne sont pas occupés par des "gilets jaunes".

La rencontre a en tout cas été soigneusement préparée. La mobilisation, en premier lieu : les maires sont censés être 400 à 500, ils seront sans doute un petit peu moins, faute de réussir à en mobiliser 100 par département normand comme réclamé par le gouvernement, via les préfets. Et puis, outre les consignes données par la mairie elle-même – consignes de circulation, de stationnement – le ministre en charge de l’organisation du débat, Sébastien Lecornu, qui est aussi l’ancien président du conseil départemental, a fait passer quelques messages aux maires qui seront présents tout à l’heure. Des messages concernant les questions qui seront posées au président.

Des "maires coordinateurs" ont même été désignés pour "préparer en amont deux questions et les attribuer à deux de leurs collègues dont les noms seraient donnés à l’avance aux préfets", selon le journal Le Point. L’un d’entre eux, Alain Lenormand, vice-président de la communauté urbaine d'Alençon s’est ainsi vu réclamer "une question en lien avec les 'gilets jaunes'". Un autre, qui a croisé le chemin de notre reporter Sina Mir, une question sur l’ISF. Bref, pas de quoi convaincre les élus locaux les plus réticents : "C'est un grand raout destiné à faire sa communication", persiflait l’un d’entre eux à la veille de cette rencontre.

Le plus

Le 5 janvier dernier, ce n’était pas la première fois que des "gilets jaunes" tentaient de s’introduire dans les locaux du ministère des relations avec le Parlement, rue de Grenelle, à Paris. Souvenez vous, la porte du ministère avait été défoncée par des manifestants montés sur un engin de chantier, alors que Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, se trouvait à l’intérieur à son bureau. La première fois, le gardien du bâtiment leur a dit : "Si vous entrez, je perds mon boulot !". C’est ainsi qu’ils ont rebroussé chemin.

La rédaction vous recommande