2 min de lecture La France insoumise

Gouvernement Philippe II : le Parti socialiste ne votera pas la confiance

À dix jours du discours de politique générale d'Édouard Philippe, le Parti socialiste cherche à exister entre La République En Marche et La France insoumise.

Le député Olivier Faure (PS) le 10 mai 2017 à Paris.
Le député Olivier Faure (PS) le 10 mai 2017 à Paris.
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et AFP

À peine six jours après la déroute électorale du Parti socialiste, qui a perdu 90% de ses effectifs aux élections législatives, quelle ligne le parti à la rose va-t-il pouvoir tenir sous l'ère Macron ? Réuni à la Maison de la Chimie à Paris samedi 24 juin, le Conseil national du parti orphelin depuis la démission de Jean-Christophe Cambadélis, a affirmé dans une résolution adoptée à main levée à 85% qu'il se trouve dans "l'opposition" à la majorité présidentielle.

"Nous ne voterons donc pas la confiance au gouvernement d'Édouard Philippe." La motion majoritaire au PS, menée par l'ancien premier secrétaire, avait annoncé la couleur dès le début de journée. "La majorité (la motion majoritaire du PS, ndlr) s'est réunie ce (samedi) matin, et elle va préconiser au Conseil national un vote de clarification, et avec Emmanuel Macron et avec Jean-Luc Mélenchon, l'idée que nous ne serons pas dans la majorité présidentielle et donc que nous ne voterons pas la confiance" au gouvernement d'Édouard Philippe, le 4 juillet, avait déclaré Jean-Christophe Cambadélis à son arrivée.


Les proches de l'ancien candidat à la présidentielle Benoît Hamon, qui souhaitaient qu'il soit dit clairement que les députés PS devront voter contre la confiance au gouvernement d'Edouard Philippe, ont voté contre cette résolution, a précisé à l'AFP Guillaume Balas. Pour lui, "la position officielle du PS doit être le contre."

Le groupe PS divisé en trois tiers ?

La version initiale, qui ne comportait pas le mot "opposition", disant simplement que le PS ne pouvait participer à "la majorité présidentielle", a été musclée après l'adoption d'un amendement du député européen Emmanuel Maurel, représentant de l'aile gauche du parti. La formule finalement retenue laisse la porte ouverte à l'abstention des députés, ce qui a conduit les proches de Benoît Hamon à voter contre le texte. D'après plusieurs députés PS, leur groupe se divise schématiquement en trois tiers : un tiers pour le vote de la confiance (proches de Manuel Valls), un tiers pour voter contre, un tiers pour l'abstention.

À lire aussi
Parti socialiste
40 ans de l'élection de Mitterrand : "Le mythe de la gauche unie, c’est idiot", étrille Polony

À l'heure de la recomposition politique, le dilemme est actuellement tranché chez Les Républicains, qui ont d'ores-et-déjà annoncé leur scission entre Les Républicains de Bernard Accoyer et Les Républicains "constructifs"-UDI menés par l'ancien chef d'orchestre de la primaire de la droite, Thierry Solère.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La France insoumise La République En Marche Parti socialiste
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants