2 min de lecture Attentats en France

Attentats en France : "La société française est extrêmement peu inclusive", analyse Gilles Kepel

REPLAY - REPLAY / INVITÉ RTL - Gilles Kepel, auteur du livre "Terreur dans l'Hexagone", estime que le phénomène de radicalisation islamiste met le doigt sur des failles de la société.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Pour Gilles Kepel, François Mitterrand a voulu ruser après la marche des beurs et n'a pas mesurer l'ampleur du problème Crédit Image : Cécile de Sèze / RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle et Julien Absalon

Le 7 janvier 2015, la rédaction de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo était la cible d'une attaque sans précédent, premier volet des actes terroristes qui ont balisé l'année 2015 en France. Des actes commis par Chérif et Saïd Kouachi, deux frères de nationalité française qui ont développé une radicalisation islamiste à l'intérieur même de la société française. Un phénomène également observé chez certains des terroristes du 13 novembre, comme Omar Ismaïl Mostefaï. Cela traduit des "failles très profondes de la société", selon Gilles Kepel, spécialiste français de l'islam.

L'auteur du livre Terreur dans l'Hexagone, invité de RTL, partage ainsi l'analyse d'Emmanuel Macron qui a récemment considéré que la France avait "une part de responsabilité" dans le "terreau" du jihadisme. "La société française est extrêmement peu inclusive", constate ainsi Gilles Kepel qui précise qu'il ne s'agit pas de trouver des "excuses" aux terroristes. Néanmoins, il observe par rapport aux autres sociétés européennes que "la nôtre a un chômage qui stagne, des perspectives d'emploi désastreuses dans les quartiers populaires et même pour la classe moyenne".

"L'incubateur carcéral" également en cause

Gilles Kepel estime ainsi que "cette absence d'avenir" et que la "coupure entre la classe politique et la société", qui s'est notamment manifestée selon lui "à travers le Front national", permettent ainsi à "ces mouvements identitaires très forts de se développer".

Pour le politologue, le système pénitentiaire, qu'il appelle "incubateur carcéral" a beaucoup joué dans ce développement du jihadisme chez les détenus que l'administration "ne sait pas gérer". Pour les réseaux terroristes, il s'agit là d'un "champ de recrutement extraordinaire". Il prend notamment l'exemple d'un des principaux responsables d'Al-Qaïda en France qui était emprisonné à Fleury-Mérogis et se servait de la "fenêtre" de sa cellule pour endoctriner Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly. "Ça donnera, dix ans plus tard, le scénario de ceux qui vont passer à l'acte", estime Gilles Kepel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats en France Attentats à Paris Islam
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants