2 min de lecture Christophe Castaner

"Gilets jaunes" : Castaner s'est fait remonter les bretelles "et pas qu’un peu"

L'éviction du ministre de l'Intérieur n'est pas d'actualité, mais les jugements sévères se multiplient au sein de la majorité. On reproche au "premier flic de France" son "amateurisme" et son manque d’autorité supposés.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
"Gilets jaunes" : Castaner s'est fait remonter les bretelles "et pas qu'un peu" Crédit Image : Alain JOCARD / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Camille Schmitt

Après les violences en marge de la manifestation des "gilets jaunes", samedi 16 mars, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, est dans l’œil du cyclone. Touché, mais pas coulé.

Touché, quoiqu’en disent les communicants de l’Élysée et de Matignon qui n’ont cessé de le répéter, dimanche, à la presse : l’éviction du ministre de l’Intérieur n’est pas d’actualité. Elle ne l’aurait pas été en effet. Pour autant, les jugements sévères se multiplient au sein de la majorité. On reproche au "premier flic de France" son "amateurisme" et son manque d’autorité supposés. Un problème que les photos de sa petite virée dans une boîte de nuit parisienne, parues en fin de semaine dans Voici, auraient aggravé, selon certains.

La communication du ministre est elle aussi mise en cause. "Le fait qu’il soit toujours entouré lorsqu’il s’exprime démontre sa faiblesse" déplorait dimanche 17 mars une communicante de la majorité. "Sarko, Valls, Cazeneuve… assumaient seuls. Ils n’avaient pas besoin de béquilles".

Un échec politique

Le constat d’échec sur un plan politique est plus large. "Le président n’est pas protégé une seule seconde. La prise de parole du Premier ministre samedi a été d’une insignifiance rare. Au moins Hollande a toujours été protégé par ses ministres sur la sécurité publique", jugeait par exemple ce week-end un proche d’Emmanuel Macron.

À lire aussi
Christophe Castaner, le 20 avril 2018 faits divers
Mort de Steve : Castaner annonce la mutation du commissaire en charge des opérations

Le ministre de l’Intérieur s’est donc sérieusement fait remonter les bretelles, "et pas qu’un peu". C’est ce que m’a confié un stratège influent en macronie. Avant de trancher : "On ne peut pas le sortir, mais il faut lui redonner de la respiration politique". 

Ce qui veut dire que d’une part, il y aura les annonces, concrètes du Premier ministre ce lundi 18 mars dans la matinée. Il sera notamment avec Christophe Castaner et Laurent Nunez. D’après Le Parisien-Aujourd’hui en France, l’une des mesures envisagées consiste à interdire tout bonnement les manifestations sur les Champs-Élysées.

Delpuech dans le viseur

D’autre part, une tête pourrait bien tomber, mais côté police. Michel Delpuech, le préfet de police précisément concentre toutes les attaques. "Un minimum d’honneur"  l’aurait conduit "à remettre sa démission", assénait par exemple un membre de la garde rapprochée du président. Avant d’insister sur sa responsabilité particulière : "C’est lui le responsable opérationnel. Les commandes politiques elles sont là, mais l’exécution n’y est pas". 

Un élément de langage qui vise à protéger Christophe Castaner et que l'on retrouvait d’ailleurs dimanche dans le communiqué de Matignon annonçant des "décisions permettant d’assurer la fermeté de l’exécution" de la doctrine d’emploi des forces de l’ordre.

Commentaire plus que sceptique d’un familier du pouvoir : "C'est pourtant une question de responsabilité morale, pas seulement technique. Cela fait quelques mois qu’ils ont décidé de lui faire payer son témoignage sur l’affaire Benalla". Michel Delpuech avait en effet contrarié la version de l’Élysée sur l’affaire lors de son audition devant le Sénat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Christophe Castaner Gilets jaunes Violence
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797232799
"Gilets jaunes" : Castaner s'est fait remonter les bretelles "et pas qu’un peu"
"Gilets jaunes" : Castaner s'est fait remonter les bretelles "et pas qu’un peu"
L'éviction du ministre de l'Intérieur n'est pas d'actualité, mais les jugements sévères se multiplient au sein de la majorité. On reproche au "premier flic de France" son "amateurisme" et son manque d’autorité supposés.
https://www.rtl.fr/actu/politique/gilets-jaunes-castaner-s-est-fait-remonter-les-bretelles-et-pas-qu-un-peu-7797232799
2019-03-18 07:39:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/rmVeeRqa9T9QLgWs9qRyog/330v220-2/online/image/2019/0316/7797222938_un-gilets-jaunes-sur-les-champs-elysees-samedi-16-mars-2019.jpg