1 min de lecture Migrants

Gérard Collomb veut distinguer "migrants économiques" et "réfugiés"

Le ministre de l'Intérieur veut privilégier l'accueil des réfugiés par rapport aux "migrants économiques", pour défendre le droit d'asile.

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur
Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur Crédit : AFP / JEFF PACHOUD
Océane Blanchard
Océane Blanchard

Dans une interview accordée au Journal Du Dimanche, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a abordé les projets du gouvernement concernant la politique d'immigration. Il a notamment affirmé sa volonté de privilégier l'accueil des réfugiés par rapport à d'autres motifs d'immigration.

"Si l’on ne fait pas la distinction entre le droit d’asile et les autres motifs de migrations, ce sera le droit d’asile qui sera remis en cause" a-t-il déclaré au JDD daté du 6 août. Les réfugiés font l'objet d'un statut particulier, acté par la convention de Genève : le terme désigne une personne persécutée dans son pays d'origine, qui a obtenu le droit d'asile d'un État

Le ministre a affirmé que la France continuera d’accueillir "tous ceux qui fuient guerres et persécutions", tout en les distinguant "de ceux dont la migration obéit à d’autres ressorts, notamment économiques. [...] Nous travaillons donc à un projet de loi qui réduira à six mois la procédure d'examen du droit d'asile, mais qui permettra aussi une lutte plus efficace contre l'immigration irrégulière", a précisé Gérard Collomb.

12.000 places d’hébergement d'ici 2019

Cette distinction avait déjà été évoquée le 12 juillet par le gouvernement, lors de la présentation d’un "plan migrants" qui prévoit plus de 12.000 places d’hébergement pour les demandeurs d’asile et les réfugiés d’ici 2019.

À lire aussi
IGPN
Les infos de 8h - Pas-de-Calais : son bébé meurt après un contrôle de migrants, l'IGPN saisie

Par ailleurs, Emmanuel Macron avait évoqué la création de centres d'enregistrement ("hotspots") pour demandeurs d'asile en Libye, pour réguler les flux de migrants en amont. Pourtant, ce type d'initiative "ne peut pas actuellement être envisagé en Libye, compte tenu de la situation du pays" a déclaré Gérard Collomb.

Concernant les 350 migrants présents à Calais, le gouvernement a également annoncé l'ouverture de deux centres d'accueil dans les Hauts-de-France afin d'éviter une nouvelle "jungle", comme celle démantelée en 2016. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Migrants Réfugiés Immigration
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants