1 min de lecture Georges Tron

Accusations de viols : le parquet requiert un non-lieu pour Georges Tron

Le parquet d'Evry a requis mercredi un non-lieu pour l'ex-ministre UMP Georges Tron, accusé de viols et d'agressions sexuelles sur deux employées.

L'ancien secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique, Georges Tron
L'ancien secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique, Georges Tron Crédit : AFP / P.Verdy
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Bientôt la fin du cauchemar pour l'ancien ministre ? Mercredi, le parquet d'Evry a requis un non-lieu pour Georges Tron mis en examen le 22 juin 2011 pour viols et agressions sexuelles en réunion et par personne ayant autorité.

Un non-lieu a également été requis pour son adjointe à la culture, elle aussi mise en cause dans cette affaire.

Ecoutez les explications de Julien Dumond, du service Police-Justice de RTL

>
Un non lieu, mais un réquisitoire dur pour l'ancien ministre UMP Georges Tron Crédit Image : RTL | Crédit Média : Julien Dumond | Durée : | Date :

Deuxième plainte pour subordination de témoins

Les deux juges d'instruction en charge de ce dossier à Évry devront désormais prendre leur décision, en suivant ou non les réquisitions du parquet : ils peuvent ordonner un procès, devant une cour d'assises ou devant un tribunal correctionnel, ou décider d'un non-lieu. La fin de l'instruction avait été notifiée par les juges en octobre 2012, après plus d'un an d'enquête.

À lire aussi
L'ancien secrétaire d'État et maire en exercice de Draveil (Essonne) Georges Tron lors de son procès mardi 23 octobre 2018 justice
Georges Tron : le parquet fait appel de l'acquittement de l'ex-secrétaire d'État

Après leur mise en examen, Georges Tron, 54 ans, et son adjointe à la culture, Brigitte Gruel, avaient été laissés en liberté sous contrôle judiciaire. L'affaire avait conduit Georges Tron à démissionner de son poste de secrétaire d'État à la Fonction publique en mai 2011. En juin 2012, il a perdu son siège de député, ravi par le socialiste Thierry Mandon. Georges Tron, président départemental de l'UMP, reste maire de Draveil, et devrait être réinvesti par son parti pour les élections municipales de 2014.

Un mois avant les réquisitions du parquet, les deux plaignantes avaient de nouveau porté plainte contre le maire de Draveil, via leurs avocats, pour subornation de témoins durant la procédure.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Georges Tron Info Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants