1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Gaspillage alimentaire : quand Ségolène Royal s'approprie la proposition d'un élu
2 min de lecture

Gaspillage alimentaire : quand Ségolène Royal s'approprie la proposition d'un élu

Ségolène Royal s'est félicitée de voir le Parlement européen voter "sa proposition" sur le gaspillage alimentaire, sauf qu'il s'agissait de celle d'un élu.

Ségolène Royal lors d'une conférence de presse, le 4 février 2015, à Paris (archives).
Ségolène Royal lors d'une conférence de presse, le 4 février 2015, à Paris (archives).
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
micros
La rédaction numérique de RTL

Dans un tweet, la ministre de l'Écologie a fait savoir que le Parlement européen avait voté "sa" proposition pour lutter contre le gaspillage alimentaire, à savoir l'interdiction de détruire les invendus alimentaires ou de les rendre impropre à la consommation.

Mais Arash Derambarsh, un élu Les Républicains de la ville de Courbevoie dans les Hauts-de-Seine, a immédiatement réagi en lui signifiant qu'il s'agissait selon lui d'une récupération. 

Le réalisateur Mathieu Kassowitz, qui avait signé une pétition à ce sujet, a soutenu Arash Derambarsh, parlant lui aussi de récupération.

Le Conseiller municipal de Courbevoie estime que Ségolène Royal s'est approprié une proposition qu'il a défendu durant des mois, allant même jusqu'à être reçu à l'Élysée, comme le rapporte Le Parisien

À lire aussi

"Ségolène Royal ne nous a jamais reçus. On l'a sollicitée à son cabinet, ses assistants nous ont dit qu'elle était débordée de travail", a déclaré l'élu samedi matin sur iTélé.

"Les élus qui travaillent doivent être récompensés, ceux qui ne travaillent pas et qui volent le travail des autres sont des imposteurs" a asséné Arash Derambarsh.

L'élu confiait son rêve de voir le Parlement européen adopter sa proposition

Le Parlement européen a demandé jeudi dernier que les États membres agissent pour que les super et hypermarchés cèdent leurs invendus alimentaires à des associations caritatives, plutôt que de les détruire.

M. Derambarsh est à l'origine d'une une loi française, adoptée en mai dernier, qui interdit à la grande distribution de jeter ou rendre impropres à la consommation la nourriture invendue de ses rayons. Sous peine d'une amende pouvant atteindre 75.000 euros, les supermarchés et hypermarchés de plus de 400 m2 devront dorénavant conclure des accords de dons avec une association caritative.

L'élu local confiait d'ailleurs son rêve de voir une loi similaire adoptée au niveau européen. "On voit que les gens crèvent de faim avec la crise en Grèce, les problèmes au Portugal, en Espagne, en Italie. On ne peut pas continuer comme ça", a-t-il plaidé.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/