2 min de lecture Justice

Fusillade en Seine-Saint-Denis : est-ce que Taubira fait du Sarkozy ?

ÉCLAIRAGE - Le braqueur qui a ouvert le feu sur des policiers à Saint-Denis était un détenu en cavale depuis une permission de sortie. La Garde des Sceaux a annoncé que la législation applicable aux sorties allait être réexaminée.

Christiane Taubira à l'Assemblée nationale
Christiane Taubira à l'Assemblée nationale Crédit : LOIC VENANCE / AFP
109117333772423871640
Geoffroy Lang

Une loi pour un fait divers : la tentation de légiférer après chaque crime ou délit défrayant la chronique avait souvent été critiquée pendant l'ère Sarkozy. À la suite de la fusillade dramatique entre un détenu en cavale et des policiers de la BAC lundi 5 octobre en Seine-Saint-Denis, Christiane Taubira a créé la surprise en annonçant qu'elle allait réexaminer la législation applicable aux sorties de détenus, afin de déterminer s'il y avait lieu de la modifier.

Après le meurtre de Nelly et la loi sur la récidive en 2005, l'affaire Francis Evrard et la rétention de sûreté en 2007 ou encore l'affaire Hodeau et la castration chimique, la sortie de la Garde des Sceaux présente un parallèle surprenant avec les habitudes de Nicolas Sarkozy. La ministre de la Justice a d'ailleurs suggéré que des policiers ou des gendarmes puissent encadrer systématiquement les sorties des détenus, "y compris pour des motifs de maladie grave ou de formalité administrative suite à un décès."

Les syndicats de police montent au créneau

Les révélations sur les antécédents judiciaires de l'auteur des coups de feu qui ont grièvement blessé un policier, encore entre la vie et la mort, ont suscité une série de critiques virulentes des syndicats de police à destination du ministère de la Justice. Le tireur s'était évadé de la prison de Réau (Seine et Marne) le 27 mai 2015 à l'occasion d'une sortie exceptionnelle, accordée pour se rendre aux obsèques de son père.

À lire aussi
L'insigne des Boy Scouts of America (photo d'illustration) États-Unis
États-Unis : plus de 12.000 scouts abusés sexuellement en 72 ans

Du côté d'Alliance, le syndicat majoritaire au sein des forces de police, on a sommé Christiane Taubira de "s'expliquer sur la permission aberrante accordée au braqueur de Saint-Ouen", décédé après la fusillade. Chez Synergie-Officier, on dénonce "l'angélisme pénal" vis-à-vis de "l'islamo-délinquance." Contrairement à l'ancien Président qui n'hésitait pas à prendre l'initiative en s'emparant d'un fait divers, la Garde des Sceaux a réagi face à la réaction très virulente des forces de police.

Les magistrats sont partagés

La réponse apportée par le ministère de la Justice soulève quelques doutes du côté des magistrats. "On peut regretter que Christiane Taubira rentre dans cette logique en ouvrant la possibilité d'une évolution de la loi", souffle-t-on au Syndicat de la Magistrature. Interrogé par RTL.fr, un juge d'application des peines souligne que les attaques formulées par les forces de polices soient sévères et totalement injustifiées, "les permissions de sortie en question" précédant largement la prise de fonction de Christiane Taubira.

Le constat est similaire à l'Union syndicale des magistrats (USM), qui ne veut pas voir le retour "des lois d'affichage."  On souligne que la fusillade de Saint-Ouen ne permet pas de remettre en cause le principe d'aménagement de la peine et les autorisations de sortie. Il faut reconnaître que sur 55 000 permissions accordées en 2013, seules 295 évasions ont été constatées, soit 0,5% des cas selon les chiffres de l'administration pénitentiaire.

La proposition d'encadrer les sorties par des policiers ou des gendarmes parait irréaliste alors que les forces de l'ordre connaissent déjà des problème d'effectif. Mais pour Véronique Léger, secrétaire nationale de l'USM : "On est loin de l'instrumentalisation du faits divers" des années Sarkozy.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Christiane Taubira Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779998887
Fusillade en Seine-Saint-Denis : est-ce que Taubira fait du Sarkozy ?
Fusillade en Seine-Saint-Denis : est-ce que Taubira fait du Sarkozy ?
ÉCLAIRAGE - Le braqueur qui a ouvert le feu sur des policiers à Saint-Denis était un détenu en cavale depuis une permission de sortie. La Garde des Sceaux a annoncé que la législation applicable aux sorties allait être réexaminée.
https://www.rtl.fr/actu/politique/fusillade-en-seine-saint-denis-est-ce-que-taubira-fait-du-sarkozy-7779998887
2015-10-06 19:14:55
https://cdn-media.rtl.fr/cache/N9DzzEFun4NmOq4AiyMCUw/330v220-2/online/image/2015/0311/7776969854_000-par8112720.jpg