1 min de lecture Attentats en France

Fusillade à "Charlie Hebdo" : Marine Le Pen "n'ira pas" au rassemblement de dimanche à Paris

La présidente du Front national a dénoncé jeudi son "exclusion" de la "marche républicaine" prévue dimanche 11 janvier à Paris, en hommage aux victimes de la tuerie à "Charlie Hebdo".

Marine Le Pen, présidente du Front national, le 8 décembre 2014 (archives)
Marine Le Pen, présidente du Front national, le 8 décembre 2014 (archives) Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
Journaliste RTL

Plus facile à dire qu'à faire. L'union nationale, prônée par l'ensemble des dirigeants politiques après le massacre à la rédaction de Charlie Hebdo mercredi, s'est heurtée à l'obstacle du Front national. 

Nous envisagions d'y aller, mais nous n'irons pas

Marine Le Pen (FN)
Partager la citation

Un grand rassemblement républicain se tiendra à Paris dimanche, en présence des cadres de l'UMP, du PS, de l'UDI ou encore du Front de gauche et du MoDem. Mais le parti frontiste n'y sera pas. "Nous envisagions d'y aller, mais nous n'irons pas", a déclaré Marine Le Pen sur i>Télé jeudi après-midi.

Il n'y a plus d'union nationale

Marine Le Pen (FN)
Partager la citation

"Les choses sont claires. Ils déclarent" que le FN n'est pas le bienvenu, "à l'issue d'une réunion, où ont été invités l'ensemble des partis politiques sauf le FN. Il n'y a plus d'union nationale, elle a disparu de leur fait", a accusé Marine Le Pen.

Pour le député socialiste François Lamy, le FN n'a "pas de place" à la "marche républicaine". Côté UMP, le parti est "unanime" contre l'exclusion, a déclaré Laurent Wauquiez à l'AFP.

À lire aussi
Hassen Chalghoumi Attentats en France
Les infos de 6h - Enseignant assassiné : "C'est une honte !", dénonce l'ancien imam de Drancy

Mais la patronne du FN a accepté l'invitation de François Hollande. "Je répondrai à l'appel du président de la République", qui la recevra vendredi. Elle compte proposer un certain nombre de mesures au chef de l'État, comme "relever le budget de la police, du renseignement et de l'armée" ou "interdire le financement étranger des mosquées". 

Quelques heures plus tôt, Marine Le Pen était invitée de France 2 dans la matinale. Elle a soulevée la question de la peine de mort, qu'elle souhaite soumettre à référendum.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats en France Front national Marine Le Pen
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants