1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Fusillade à Charlie Hebdo : "L'unité nationale doit primer", dit Alba Ventura
3 min de lecture

Fusillade à Charlie Hebdo : "L'unité nationale doit primer", dit Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - Après l'attentat au siège du journal "Charlie Hebdo", la classe politique sous le choc a appelé à l'unité nationale. Dans ces moments-là il n'y a pas de place à la discordance, dit la journaliste.

Alba Ventura
Alba Ventura
Crédit : Alba Ventura
Fusillade à Charlie Hebdo : "L'unité nationale doit primer", dit Alba Ventura
03:07
Fusillade à Charlie Hebdo : "L'unité nationale doit primer", dit Alba Ventura
03:07
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura

On a entendu mercredi 8 janvier les appels à l'unité nationale de la part de la classe politique. "La France a toujours vaincu ses ennemis quand elle a su faire bloc", a déclaré François Hollande.

Le chef de l'État reçoit ce jeudi les présidents des deux assemblées et tous les partis représentés au Parlement.

L'unité nationale, c'est le b-a.ba

Dans ces moments-là, il n'y a pas de place à la discordance ni à la polémique. Dans ces moments-là, il n'y a pas de droite, il n'y a pas de gauche. Dans ces moments-là, il n'y a que des républicains. C'est "l'unité qui doit primer".

C'est pourquoi le Premier ministre Manuel Valls a décroché son téléphone pour appeler Nicolas Sarkozy et l'inviter à la manifestation de samedi à l'appel des partis de gauche. Pour dire la vérité, c'était un peu étrange cet appel de la part du PS, du PCF, des Verts, du mouvement de Jean-Pierre Chevènement et des radicaux de gauche. On avait un peu le sentiment que c'était chacun dans son coin.

À lire aussi

On se souvient de l'affaire Merah, en pleine campagne présidentielle. D'ailleurs, la campagne avait été suspendue pendant trois jours. Nicolas Sarkozy avait invité François Hollande à la cérémonie à Toulouse, où d'ailleurs la plupart des candidats s'étaient rendus. On se souvient aussi de l'Amérique du 11 septembre 2001.

L'unité nationale, c'est le b-a.ba. On est d'abord sous le coup de la sidération. Après c'est l'unité, on resserre les rangs parce que ça fait trop mal.

Rassemblements spontanés

Les Français sont très réceptifs à cela. On a vu, dans toutes les villes de France, tous ces rassemblements spontanés. Même dans les stades, les gens ont brandi leurs écharpes et des crayons. On a été frappée de voir ces milliers de personnes, qui lisaient Charlie Hebdo ou pas, se rassembler comme cela dès 17 heures. C'était très impressionnant.

C'est la première fois qu'après un attentat, il y a des rassemblements de cette ampleur. C'est très rassurant dans le contexte terrifiant et explosif que l'on vit aujourd'hui, où les tensions sont exacerbées.

On le voit avec les débats que suscitent les livres d'Eric Zemmour et de Michel Houellebecq, mais aussi les faits divers quotidiens qui soulignent toutes les fractures de ce que l'on appelle le "pacte républicain" et le "vivre ensemble".

Une unité entamée

Cette unité est bien réelle, mais elle est fragile. Aujourd'hui, on est dans l'émotion pure. Mais que va-t-il se passer dans quelques jours ? On entend déjà ceux qui disent qu'il faut en demander deux fois plus aux musulmans.

Dès que l'émotion va retomber, on risque à nouveau de retrouver des réflexes de division et de la polémique. Tous les risques sont possibles. Il faudra continuer à dire que ce n'est pas l'islam qui a tué Charlie Hebdo, mais que c'est l'intégrisme. Ce n'est pas pareil.

Robert Badinter a dit mercredi : "Ce n'est pas seulement un crime, c'est un piège". Il a tellement raison. C'est un piège qui vise à rendre l'islam responsable, à amalgamer le terrorisme et les musulmans.

Encore une fois, on est dans un pays tellement fragile, si sensible à des thèses bien trop souvent radicales. Si tout le monde appelle à l'unité, c'est parce que cette unité est déjà bien entamée. Faisons en sorte de s'y accrocher malgré tout.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/