4 min de lecture Front national

Front national : quand les membres du parti se lâchent contre Jean-Marie Le Pen

ÉCLAIRAGE - Marine Le Pen, Florian Philippot, Gilbert Collard et de nombreux autres membres du Front national ne mâchent plus leurs mots lorsqu'ils évoquent le fondateur du mouvement frontiste.

Jean-Marie Le Pen lors d'une conférence de presse le 18 mai 2011
Jean-Marie Le Pen lors d'une conférence de presse le 18 mai 2011 Crédit : AFP
James Abbott
James Abbott

"Oui, il nous emmerde, oui, oui." Gilbert Collard a démontré sur France 2 jeudi 20 août que les relations entre Jean-Marie Le Pen et les cadres du Front national ont atteint un point de non-retour en 2015. Habitué aux provocations douteuses, aux petites phrases assassines et condamné à plusieurs reprises pour cette raison, le fondateur du Front national cause l'exaspération de nombreux membres du parti qu'il a créé.

De hauts responsables, et même sa fille Marine, aujourd'hui présidente du FN, n'ont pas hésité à monter au créneau depuis avril 2015 pour marquer, publiquement, leurs distances avec ses propos. Certains observateurs y voient simplement l'occasion d'écarter le fondateur du parti à des fins de "dédiabolisation" de l'image du FN.

"Fournée" avec Yannick Noah, Guy Bedos, Madonna et Patrick Bruel, "détail de l'histoire", "Monseigneur Ebola"... Le président d'honneur du FN, poste qu'il occupe en attendant le bureau politique du Front national qui doit trancher aujourd'hui sur son exclusion, n'a pas manqué d'occasions par le passé de causer l'indignation des cadres du parti.

>
VIDÉO - Ebola, chambres à gaz, Sida : les sorties les plus polémiques de Jean-Marie Le Pen Crédit Image : GUILLAUME SOUVANT / AFP | Crédit Média : RTL.fr | Date :

Gilbert Collard "désespéré" par ce "tract ambulatoire pour Valls"

L'animosité entre l'avocat Gilbert Collard, élu député sous l'étiquette Rassemblement Bleu Marine en 2012 mais pas encarté au FN, et Jean-Marie Le Pen a été de nombreuses fois visible. L'année 2015 a été marquée par un accrochage entre les deux hommes sur les réseaux sociaux à la suite de cette interview d'avril 2015 dans laquelle Jean-Marie Le Pen avait répété qu'il maintenait ses propos sur les chambres à gaz.

À lire aussi
Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, pour son discours de rentrée à Hénin Beaumont (Pas-de-Calais) dimanche 8 septembre Rassemblement national
2022 : Le Pen ne veut pas laisser Macron "faire campagne tout seul"

"La Shoah est l'abomination des abominations et Jean-Marie Le Pen un tract ambulatoire pour Manuel Valls, c'est désespérant !", avait tweeté Gilbert Collard. Ce à quoi Jean-Marie Le Pen avait répondu : "Ferme donc ta gueule, espèce de Collard".

En juin 2014, Collard avait déjà invité Jean-Marie Le Pen à songer à la retraite. Ce dernier avait une nouvelle fois répliqué en lui demandant de "changer les consonnes de son nom". Ce jeudi 20 août, Gilbert Collard a donc une nouvelle fois dégainé en affirmant que le président d'honneur du FN "emmerdait" tout le monde au parti. En attendant une énième réponse du fondateur du parti.

Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen et Gilbert Collard (de gauche à droite) le 1er mai 2012 à Paris
Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen et Gilbert Collard (de gauche à droite) le 1er mai 2012 à Paris Crédit : THOMAS COEX / AFP

Florian Philippot, le "petit con" qui répond

Toujours au cours de l'année 2015, le ton est monté à plusieurs reprises entre Florian Philippot et Jean-Marie Le Pen. Le Breton de 87 ans avait insulté ouvertement Florian Philippot sur l'antenne de RTL en le traitant de "petit con" qui voulait "placer ses mignons" à la tête du parti. Selon lui, il n'y aura qu'un seul survivant à cette guerre interne.

Florian Philippot juge en revanche que Jean-Marie Le Pen est "totalement désavoué" depuis la consultation interne au parti qui a fait suite aux affaires judiciaires entourant son exclusion du son Front national. Il estime également que les électeurs du FN sont "extrêmement lassés de ses provocations permanentes".

Le patriarche du FN le soupçonne également de "rouler pour Sarkozy", ce à quoi le vice-président du Front national a répondu début août : "Il attaque comme il veut. Je répondrai en langage texto : LOL". Avant de conclure en défendant Marine Le Pen : "Il y en a un qui insulte et une qui travaille".

Jean-Marie Le Pen et Florian Philippot au Parlement européen
Jean-Marie Le Pen et Florian Philippot au Parlement européen Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP

Louis Aliot, gendre pas idéal pour Jean-Marie Le Pen

Le compagnon de Marine Le Pen depuis 2009, Louis Aliot, ne défend plus son beau-père dans les médias. À la suite de ses déclarations sur la "fournée" en 2014, le député européen et vice-président du parti avait attaqué Jean-Marie Le Pen en affirmant dans Le Parisien que c'était une "mauvaise phrase de plus" et un acte "stupide" et "consternant".

Il a également condamné l'interview accordée par Jean-Marie Le Pen au journal d'extrême droite Rivarol en avril 2015 : "Son entretien dans ce torchon antisémite est parfaitement scandaleux et nos désaccords politiques désormais irréconciliables."

Jean-Marie Le Pen et Louis Aliot le 1er mai 2014 à Paris
Jean-Marie Le Pen et Louis Aliot le 1er mai 2014 à Paris Crédit : PIERRE ANDRIEU / AFP

Avec sa fille Marine, les ponts sont coupés, pas les attaques

Marine Le Pen a longtemps tenté de minimiser les écarts de conduite de son père, mais cette année 2015 a marqué un tournant. Le ton est monté crescendo au fil du temps. La présidente du FN n'habite plus dans le domaine familial, à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) depuis novembre 2014. L'histoire de son chat dévoré par les dobermans de Jean-Marie Le Pen avait été évoquée par L'Express comme l'une des causes possibles de ce déménagement.

Celle qui a toujours impartialement désigné son père comme "Jean-Marie Le Pen" dans les médias, a décidé de hausser le ton en avril 2015. Son dérapage sur les chambres à gaz a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase de la présidente frontiste : "Ces déclarations n'entachent pas le crédit du FN mais le sien".

Un acte politique fort a suivi ce tollé. Elle a refusé que son père se présente aux élections régionales dans la région PACA. "Il semble être entré dans une véritable spirale, entre stratégie de la terre brûlée et suicide politique." Jean-Marie Le Pen a ensuite déclaré qu'il avait "honte que la présidente du FN porte son nom" et qu'il voulait créer son propre parti. "Il est aujourd'hui déconnecté de la réalité du pays", avait conclu sa fille début juillet. Le chaos au sein du parti est en tout cas bien réel.

Le temps où Marine Le Pen murmurait à l'oreille de son père est révolu. Ici, en 2003, à Saint-Cloud.
Le temps où Marine Le Pen murmurait à l'oreille de son père est révolu. Ici, en 2003, à Saint-Cloud. Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Front national Gilbert Collard
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779450325
Front national : quand les membres du parti se lâchent contre Jean-Marie Le Pen
Front national : quand les membres du parti se lâchent contre Jean-Marie Le Pen
ÉCLAIRAGE - Marine Le Pen, Florian Philippot, Gilbert Collard et de nombreux autres membres du Front national ne mâchent plus leurs mots lorsqu'ils évoquent le fondateur du mouvement frontiste.
https://www.rtl.fr/actu/politique/front-national-quand-les-membres-du-parti-se-lachent-contre-jean-marie-le-pen-7779450325
2015-08-20 13:52:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/EyNTutfruJWJ1bfDYxaSug/330v220-2/online/image/2015/0820/7779450407_jean-marie-le-pen-lors-d-une-conference-de-presse-le-18-mai-2011.jpg