1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Front national : Philippot pas contre "un café" avec Mélenchon et Wauquiez
1 min de lecture

Front national : Philippot pas contre "un café" avec Mélenchon et Wauquiez

Invité de FranceInfo ce samedi 22 juillet, le vice-président du FN prône un élargissement de son parti vers "les patriotes à droite" comme "les patriotes à gauche".

Florian Philippot, vice-président du Front national
Florian Philippot, vice-président du Front national
Crédit : REVELLI-BEAUMONT/SIPA
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

"On n'est pas en guerre civile." Florian Philippot l'assure, il n'est pas contre une entrevue avec Laurent Wauquiez, ni avec Jean-Luc Mélenchon. Invité de France Info ce samedi 22 juillet, le vice-président du Front national a concédé qu'il aimerait bien "prendre un café" avec le vice-président des Républicains et "pourquoi pas avec Jean-Luc Mélenchon pour qu'on discute, qu'on voie ce qui nous oppose". 

Le FN se réunissait en séminaire ces 21 et 22 juillet. Objectif : faire du parti "une grande force moderne du XXIe siècle", selon les mots de Florian Philippot. Pour ce faire, le FN doit selon lui "s'élargir" avec "des patriotes à droite" et "des patriotes à gauche". "Il faut qu'on soit constructifs, tout en ne niant pas nos divergences qui sont parfois très importantes", a formulé le vice-président du FN, qui souhaite que son parti s'ouvre "sur de nouveaux sujets de société" comme "l'innovation, les déserts médicaux, les start-ups, les droits des femmes".

À l'occasion de ces deux jours de séminaire, les membres du FN ont dressé le bilan des mois de campagne électorale écoulés et ont planché sur l'avenir du parti. "C'était intéressant. On a parlé de l'organisation du mouvement, de son ancrage local. (...) Il n'y a pas eu de règlements de compte", assure sur France Info le vice-président du Front national, tandis que l'unité du parti semble chancelante depuis la fin de la présidentielle, et notamment la création de son microparti par Florian Philippot. "Parfois, le nom du Front national fait peur ou interdit de réfléchir, ce qui est quand même dommage", a-t-il déclaré ce 22 juillet.

La rédaction vous recommande

L

À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/