1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Marion Maréchal-Le Pen : "Je suis prise en otage dans un conflit dont je ne suis pas à l'origine"
2 min de lecture

Marion Maréchal-Le Pen : "Je suis prise en otage dans un conflit dont je ne suis pas à l'origine"

REPLAY / INVITÉE RTL - Après la nouvelle victoire judiciaire de Jean-Marie Le Pen, Marion Maréchal-Le Pen se considère comme une "victime collatérale" du conflit opposant son grand-père au Front national.

Marion Maréchal-Le Pen, invitée de RTL, le 29 juillet 2015
Marion Maréchal-Le Pen, invitée de RTL, le 29 juillet 2015
Crédit : Lucas Colin / RTL.fr
Marion Maréchal-Le Pen : "Je suis prise en otage dans un conflit dont je ne suis pas à l'origine"
08:38
Marion Maréchal-Le Pen : "Je suis prise en otage dans un conflit dont je ne suis pas à l'origine"
08:40
Jérôme Florin & Claire Gaveau

Mardi 28 juillet, la cour d'appel de Versailles a confirmé la suspension du congrès du Front national censé supprimer le statut de président d'honneur de Jean-Marie Le Pen. De quoi donner des ailes au fondateur du parti, qui avait annoncé une possible candidature face à Marion Maréchal-Le Pen pour les élections régionales en PACA. Une candidature que réfute aujourd'hui la députée du Vaucluse. "Il a manifestement changé d'avis. Il a semble-t-il dit qu'il ne souhaitait plus partir en PACA", assure-t-elle. 

Un revirement de situation qui devrait ravir la nièce de Marine Le Pen. "Il faut être sérieux, on ne peut pas se permettre de partir dans cette guerre fratricide", estime-t-elle, se définissant comme une "victime collatérale" de ce conflit familial : "Je pars avec sa confiance, son soutien, des garanties d'avoir les mains libres et je me retrouve quelques mois plus tard prise en otage dans un conflit dont je ne suis pas à l'origine entre le mouvement et lui".

Un combat "plus politique que familial"

Et si Jean-Marie Le Pen a toujours tenu les mêmes propos, sur les chambres à gaz notamment, Marion Maréchal Le Pen pointe du doigt la "réitération" de ces derniers. "Il y a eu une accumulation qui s'ajoute de façon factuelle à une grande difficulté de cohabitation avec Marine Le Pen". La chef de file du Front national considère qu'en tant que cadre, toutes prises de position engagent la ligne du parti. "Il y a une vision politique différente, sur le fond et sur la forme. Des différences de points de vue qui conduisent à des incompréhensions et des rancœurs et qui conduisent à la situation actuelle", analyse l'élue de 25 ans;

Et si elle regrette avoir une "une difficulté supplémentaire", Marion Maréchal-Le Pen voit dans cette guerre de position "un combat plus politique que familial"

Philippe Vardon, pour une large union

À écouter aussi

Outre les considérations familiales, la députée du Vaucluse doit aussi faire face à l'élaboration de sa liste en vue des élections. Et la présence de Philippe Vardon a largement été décrié, notamment par son adversaire principal, Christian Estrosi. "Ce que le grand-père n'a pas osé faire de toute sa vie politique, faire l'alliance avec le bloc identitaire", a déclaré le député-maire de Nice à RTL. Une sortie moquée par Marion Maréchal-Le Pen pour qui "Philippe Vardon a grandement changé". "Ce que vous oubliez de dire c'est que j'ai aussi pris un adjoint de Christian Estrosi. J'ai fait une grande liste d'union allant du Front national aux ex-RPR et UMP". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/