1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Marine Le Pen devait en passer par la contrition pour pouvoir repartir au combat"
3 min de lecture

"Marine Le Pen devait en passer par la contrition pour pouvoir repartir au combat"

ÉDITO - La présidente du Front national sera bien candidate aux législatives dans la circonscription de Hénin-Beaumont. Après son échec à la présidentielle, elle a longtemps hésité.

Marine Le Pen après sa défaite au second tour de la présidentielle, le 7 mai 2017
Marine Le Pen après sa défaite au second tour de la présidentielle, le 7 mai 2017
Crédit : AFP / Bertrand Guay
"Marine Le Pen devait en passer par la contrition pour pouvoir repartir au combat"
03:07
Front national : "Marine Le Pen devait en passer par la contrition pour pouvoir repartir au combat", dit Alba Ventura
03:09
Alba Ventura & Loïc Farge

Marine Le Pen est venue annoncer jeudi 18 mai au soir sur le plateau de TF1 qu'elle était candidate aux législatives à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. C'est la troisième fois qu'elle se présente dans cette circonscription. Mais le plus frappant dans cette interview, c'est son mea culpa sur son débat de l'entre-deux- tours. Un débat "raté", a-t-elle concédé. Elle se serait laisser emporter par trop de fougue, trop de passion, mais elle reconnait un comportement "abrupt", pour ne pas dire agressif. Déjà le mea culpa est une chose rare en politique. Mais c'est encore plus rare au Front national, où on a du mal à reconnaître ses erreurs.

C'est dire quel goût amer lui a laissé cette fin de campagne. C'est dire la gueule de bois au FN après cet épisode désastreux, qui a beaucoup déçu les troupes frontistes et qui a fait perdre pas mal de points à la candidate. Et ce n'est pas le seul mea culpa qu'elle a concédé : sur la sortie de l'euro aussi elle a admis des cafouillages. Il lui fallait en passer par cet exercice de contrition pour pouvoir repartir au combat.

Elle n'avait pas le choix

Elle est restée silencieuse pendant plus de dix jours, depuis sa défaite. Elle dit qu'elle a pris son temps pour réfléchir. Mais la vérité, c'est d'abord qu'elle est sortie essorée, épuisée, de la présidentielle. La redescente a été difficile.

Ensuite elle n'avait pas le choix, entre sa nièce Marion Maréchal-Le Pen qui a décidé de prendre du champ et de ne pas rempiler aux législatives, et Florian Philippot qui a décidé de créer son mouvement "Les Patriotes". Sans parler de son échec avec Nicolas Dupont-Aignan. Il fallait que la cheffe reste en première ligne. Elle n'a pas pu se dérober, mais elle s'en serait bien passée.

Marine Le Pen ne peut pas laisser partir dans la nature 11 millions d'électeurs

Alba Ventura
À lire aussi

Ce qui est loin d'être négligeable, ce qui a compté, c'est qu'elle est à la tête d'un pactole de 11 millions d'électeurs. C'est un énorme enjeu. Onze millions d'électeurs qu'elle ne pouvait pas laisser dans la nature, au moment où son parti traverse des turbulences. Le FN, comme tous les partis, n'échappe pas aux remises en questions.

On a bien vu qu'il y avait des lignes qui s'affrontaient, entre la ligne souverainiste-populiste portée par Florian Philippot, qui a été l'artisan du transfert d'électeurs venant de la gauche vers le FN, et la ligne Marion Maréchal-Le Pen, plus conservatrice, plus libérale, plus droite catholique, proche des anti-Mariage pour tous, qui a été la première à faire des appels du pied à Laurent Wauquiez chez les Républicains.

Tiraillée entre deux lignes

Marine Le Pen est tiraillée entre ces deux lignes, et entre ces deux personnalités (son numéro 2et sa nièce). L'un, Florian Philippot, qui s'émancipe quelque peu de la patronne avec son nouveau mouvement "Les Patriotes" ; l'autre, Marion Maréchal, qui part pour mieux revenir, qui pourrait abandonner le nom de "Le Pen" et qui pose des jalons pour l'avenir.

La nièce est très claire dans l'interview qu'elle donne cette semaine dans le magazine Valeurs Actuelles : "Les choses seront différentes dans dix ans. Dans les dix ans qui viennent, les cartes seront totalement rabattues". L'un comme l'autre pensent qu'il y a des choses à explorer. C'est toujours comme ça lorsque le leader est affaibli.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/