2 min de lecture Florian Philippot

Front national : les Français "ne veulent pas changer de monnaie" selon Sébastien Chenu

La sortie de l’euro ne peut plus être une des priorité du Front national selon le député frontiste du Nord.

Le député (FN) Sébastien Chenu à Paris le 6 janvier 2015.
Le député (FN) Sébastien Chenu à Paris le 6 janvier 2015.
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Après une fin de campagne présidentielle chaotique et des résultats décevants aux législatives, le doute taraude les cadres du Front national. Le parti de Marine Le Pen commence à être agité par les prémices de luttes intestines entre partisans d’une ligne attachée à la souveraineté nationale et économique, représentée par Florian Philippot, et les tenants d’un retour socle anti-immigrationniste si cher à Jean-Marie Le Pen.

Invité sur le plateau de L’Opinion, le député frontiste Sébastien Chenu semble prendre ses distances avec la ligne de Florian Philippot, de plus en plus contestée au sein du FN. "Il faut que l'on se pose les questions. Nous nous sommes aperçus que les Français, visiblement, ne veulent pas changer de monnaie", assure le député du Nord, en ajoutant que les tentatives de son parti pour rassurer les électeurs sur les conséquences d’un Frexit n’ont “pas porté leurs fruits”. Le néo parlementaire assure pourtant qu’il n’y a "pas de problème de ligne au Front national", et tente même de dédouaner le vice-président du parti, Florian Philippot : "Ce n’était pas une erreur d’avoir le courage de défendre la souveraineté monétaire. Je ne crois pas que ce soit une erreur d'être courageux".

Pas de quartier pour les mutins

Les dissensions apparues ces derniers jours au sein du Front national n’ont pas vraiment été apprécié par Marine Le Pen. La présidente du parti a décidé de sévir immédiatement en coupant les têtes qui dépassent. Sophie Montel, première porte-flingue de Florian Philippot, a ainsi été déchue de la présidence du groupe FN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté pour avoir publiquement remis en cause la ligne politique du FN en demandant à ce que le parti soit moins "anxiogène" sur le sujet de l'immigration.

En région Pays de la Loire, Marine Le Pen a également obtenu la démission de Pacal Gannat ce lundi 3 juillet, remplacé par Jean Goychman à la tête du groupe FN. Si cet élu FN quitte officiellement la présidence du groupe frontiste au conseil régional pour "pour des raisons personnelles", il a également été contraint de quitter son poste de secrétaire départementale de la Sarthe en fin de semaine dernière. Ce partisan d’une ligne très conservatrice s’était attiré les foudres de Nanterre en raison de ses critiques répétés à l’attention Florian Philippot et Marine Le Pen.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Florian Philippot Marine Le Pen Front national
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants