3 min de lecture Front national

Front national : le parti veut séduire le secteur de la santé et les seniors

ÉCLAIRAGE - À un an de l'élection présidentielle de 2017, le parti de Marine Le Pen lance le "collectif socio-professionnel des usagers de la santé".

Marine Le Pen lors de son discours du 1er mai 2016 à Paris
Marine Le Pen lors de son discours du 1er mai 2016 à Paris Crédit : SIPA
JulienAbsalon1
Julien Absalon
Journaliste RTL

Le Front national à la conquête du monde de la santé. En présence de Marine Le Pen, le parti d'extrême droite lance, mardi 17 mai à Paris, son "collectif des usagers de la santé". Cette nouvelle structure entre dans la stratégie de développement du programme présidentiel du FN pour 2017. Dans sa quête d'exercice du pouvoir, le parti cherche à se positionner et se faire entendre sur des sujets qui concernent les Français mais ne relèvent pas des thèmes régaliens, son domaine de prédilection.

Lors de son séminaire de début février dans l'Essonne, il tenait ainsi à souligner sa volonté mettre "en lumière" certains aspects de son programme politique "encore trop méconnus", relatait Les Échos. Cela concernait notamment "le soutien aux TPE-PME, la justice fiscale et les questions de santé publique". C'est pourquoi le parti a récemment multiplié la création de ce genre de collectifs. Outre celui sur la santé, neuf existent déjà : "Marianne" pour les étudiants, "Audace" pour les jeunes actifs, "Racine" pour les enseignants, "Belaud Argos" pour les animaux, "Croissance Bleu Marine" pour les PME mais aussi "Nouvelle Écologie", "Culture Liberté et Création" et enfin "Mer et Francophonie".

Le FN séduit dans les hôpitaux

En l'occurrence, la santé est un enjeu majeur pour le Front national. Il aurait même sans doute tort de tourner le dos à ce domaine, compte tenu de l'influence grandissante dont il fait preuve auprès des professionnels du secteur. D'ailleurs, 1.500 d'entre eux sont adhérents du parti, indique L'Opinion. Mais en matière de chiffres, la vérité des urnes semble bien plus frappante. Entre l'élection présidentielle de François Hollande et le premier tour des régionales de décembre 2015, le vote frontiste est monté en flèche dans la fonction publique hospitalière, passant de 19% à 26%. Cette percée, constatée par l'enquête électorale du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), montre aussi dans le détail que 18% des cadres A et 39% des fonctionnaires de catégorie C sont séduits au sein des hôpitaux.

À lire aussi
Jean-Marie Le Pen en 2018 élections européennes
Élections européennes : Jean-Marie Le Pen veut être candidat

Avec cette offensive sur la santé, le Front national vise non seulement les professionnels mais aussi les usagers. "La France est une grosse consommatrice du système de santé avec le vieillissement de la population", souligne le vice-président Florian Philippot dans Le Monde. Autrement dit, le parti compte bien miser en 2017 sur les seniors qui, pour l'instant, semblent lui faire défaut. Lors des régionales, le vote FN des 65 ans et plus n'avait atteint que 19%, loin de la fourchette des 28% et 35% observée dans les autres catégories d'âge. Alors dès janvier dernier, Florian Philippot préconisait son remède : "Mettre en avant des sujets qui les intéressent davantage : la santé, l'accès aux soins, la lutte contre leur paupérisation".

Des propositions déjà dévoilées

Une ordonnance reçue cinq sur cinq par Marine Le Pen. Quelques jours avant le lancement du collectif des usagers de la santé, la candidate à la présidentielle a publié sur son blog Carnets d'espérances une lettre à l'adresse des infirmiers. Plusieurs propositions y sont évoquées, comme la suppression de la tarification à l'activité (T2A) dans les hôpitaux qui, selon elle, "instaure une logique comptable plutôt qu'humaine dans la gestion hospitalière". Il est également question d'une hausse des rémunérations des infirmiers afin qu'elles soient "à la hauteur de leurs compétences" mais aussi d'une reconnaissance légale et financière "de la pénibilité des professions de santé". En plus de vouloir un ministère "entièrement dédié" à la santé, la présidente du FN envisage, comme pour son programme de 2012, une refonte du numerus clausus qui "reste trop bas" et conduit à "une véritable pénurie médicale".

Pour convaincre "ces fonctionnaires qui subissent le plus la hausse des agressions, des incivilités, des problèmes de communautarisme", selon l'analyse de Luc Rouban, chercheur au CNRS, dans les colonnes de Ouest-France, le Front national n'omet pas d'insuffler sa ligne politique traditionnelle sur cette thématique de la santé. Dans son post de blog, Marine Le Pen ne manque pas de dénoncer les "revendications communautaristes et religieuses en nombre croissant" dans les hôpitaux. Un phénomène qu'elle considère comme étant une conséquence des "vagues d'immigration successives".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Marine Le Pen Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783264061
Front national : le parti veut séduire le secteur de la santé et les seniors
Front national : le parti veut séduire le secteur de la santé et les seniors
ÉCLAIRAGE - À un an de l'élection présidentielle de 2017, le parti de Marine Le Pen lance le "collectif socio-professionnel des usagers de la santé".
https://www.rtl.fr/actu/politique/front-national-le-parti-veut-seduire-le-secteur-de-la-sante-et-les-seniors-avec-son-nouveau-collectif-7783264061
2016-05-17 16:19:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/9brII1yAviChXp0veU0XJQ/330v220-2/online/image/2016/0502/7783072617_marine-le-pen-lors-de-son-discours-du-1er-mai-2016-a-paris.jpg