1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Front national : le parti laisse planer le doute sur sa situation au Parlement européen
2 min de lecture

Front national : le parti laisse planer le doute sur sa situation au Parlement européen

Le Front national semble très mal parti pour présenter un groupe au Parlement européen avant la date butoir, fixée au 24 juin au matin.

Marine Le Pen à Bruxelles le 28 mai 2014 (Archives)
Marine Le Pen à Bruxelles le 28 mai 2014 (Archives)
Crédit : JOHN THYS / AFP
Marion Dautry & Dominique Tenza

Le Front national a jusqu'au 24 juin pour présenter son groupe eurosceptique au Parlement européen. Marine Le Pen doit rassembler au moins vingt-cinq députés de sept pays différents pour pouvoir prétendre à un groupe. À la veille de la date butoir, le FN semble prêt à retrouver les bancs des non-inscrits.

Si la première condition est relativement facile, compte tenu du score du FN aux élections européennes, la seconde est beaucoup moins aisée. Malgré l'affirmation de Jean-Marie Le Pen selon laquelle un groupe aurait été constitué, le parti se refuse à toute déclaration. Et lundi 23 juin, à Bruxelles, rien n'a été annoncé.

Rassemblement difficile

De nombreux partis eurosceptiques ont fait une percée au Parlement européen. Mais les rassembler derrière un programme commun, et Marine Le Pen, est une autre affaire.

La présidente du FN s'est déjà fait prendre de vitesse par le Ukip britannique de Nigel Farage, qui a constitué son groupe en profitant d'une dissidence au sein du Front national. Nigel Farage a toujours refusé de s'allier au FN, qu'il considère "antisémite".

À écouter aussi

Entre des députés issus de formations infréquentables, telles qu'Aube Dorée (Grèce) ou le Jobbik hongrois, et ceux qui ne veulent pas d'une alliance avec le FN, comme les Vrais Finlandais et le Parti populaire danois, le Front national peine à trouver des alliés. À quelques heures de la première séance plénière au Parlement européen, deux pays manquent encore à l'appel.

L'inconnue polonaise

Envisagée un temps, une alliance avec le KNP polonais, élu pour la première fois en 2014, semble abandonnée. Son leader, Janusz Korwin-Mikke, présente en effet un certain nombre de problèmes. Il clame notamment qu'Hitler n'était "pas au courant de la solution finale", et que les femmes ne devraient pas avoir le droit de vote car "elles sont plus stupides que les hommes".

Le parti semble se préparer à l'échec

Au sein des grandes instances du parti, le discours a déjà changé. Le 28 mai, Marine Le Pen assurait qu'elle n'avait "aucune inquiétude" sur sa capacité à former un groupe. Un mois plus tard, le 20 juin, Florian Philippot affirme que ne pas y parvenir ne serait finalement "pas dramatique".

À écouter

Le Front national très mal engagé pour former un groupe au Parlement européen
01:38
La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/