1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. FN : le changement de nom ne convainc pas tout le monde au sein du parti
2 min de lecture

FN : le changement de nom ne convainc pas tout le monde au sein du parti

CONFIDENTIELS RTL - Marine Le Pen va annoncer ce week-end au congrès du Front national quel nouveau nom elle envisage pour le parti, et ce malgré la réticence d'une bonne partie de ses adhérents. 

Marine Le Pen le 23 septembre 2017 à Toulouse.
Marine Le Pen le 23 septembre 2017 à Toulouse.
Crédit : Jean-Marc Haedrich/SIPA
Front national : le changement de nom ne convainc pas tout le monde au sein du parti
03:31
Pauline De Saint-Rémy & Loïc Farge

Si l'ex-candidate à la présidentielle a affirmé jeudi 8 mars après-midi que les quelques milliers d'adhérents qui avaient répondu à un questionnaire sur la "refondation" du FN avaient approuvé à une "courte majorité" la disparition du nom "Front national", un cadre du parti confiait en "off" cette semaine qu'en réalité c'était le "non" qui l'aurait emporté de peu.

Sans que cela puisse être vérifié. Pas plus que ce que dit Marine Le Pen d'ailleurs - le dépouillement s'est fait, en effet, dans la plus grande opacité. Sans que cela n'ait de réelle importance non plus à ses yeux, puisque les dirigeants du parti ont toujours prévenu que le questionnaire n'avait de valeur que "consultative".

Qu'importe donc, m'expliquait ce frontiste, plutôt serein malgré tout sur le vote qui aura lieu par Internet pour ou contre le nouveau nom, une fois qu'il sera connu (c'est-à-dire après le dimanche 11 mars). Un vote officiel et dicté cette fois-ci par les statuts du parti.

L'erreur, selon lui, aura été de demander aux adhérents s'ils étaient prêts à renoncer à l'appellation historique (elle date de 1972) sans leur soumettre directement une proposition.

Mystère autour du nom

En tout cas Marine Le Pen, selon qui "90% des encartés actuels du parti ont adhéré depuis 2011" (année de son élection), se dit elle aussi plus convaincue que jamais de la nécessité de ce changement. Point culminant, aboutissement de la dédiabolisation entamée en 2011.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Mais elle n'a pour autant rien révélé du nouveau nom qu'elle a en tête, si ce n'est qu'elle "n'abandonnera pas (...) le concept de nation", ayant elle-même théorisé "le clivage actuel entre les mondialistes et les nationaux". C'est en tout cas ce qu'elle assurait cette semaine hors-micro.

L'opération ne convainc en revanche pas du tout la petite-fille du fondateur, Jean-Marie Le Pen. Citée dans les colonnes du Point cette semaine, Marion Maréchal-Le Pen aurait confié à ses proches : "Marine Le Pen présidente du parti des fleurs, ça reste Marine Le Pen". Si en plus c'est une Le Pen qui le dit...

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/