4 min de lecture Présidentielle 2017

Jean-Marie Le Pen : "Je pourrais hésiter à soutenir Marine à la présidentielle"

INTERVIEW - Le député européen, célèbre pour ses phrases polémiques, siégera dans toutes les instances du parti frontiste.

Jean-Marie Le Pen
Jean-Marie Le Pen Crédit : BORIS HORVAT / AFP
109127536140888961261
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Marine Le Pen l'espérait. Mais la justice a décidé de ne pas mettre un terme à l'histoire entre Jean-Marie Le Pen et le Front national. Si l'exclusion du cofondateur du parti a été actée jeudi 17 novembre, le "Menhir" peut toujours prétendre à la fonction de président d'honneur. "Ça n'a aucune incidence sur la vie du mouvement", relativisait d'emblée Florian Philippot au micro de RTL vendredi 18 novembre. Marine Le Pen s'est montrée, quant à elle, plus cinglante. La candidate à la présidentielle dénonce un maintien "aberrant" de son père à la présidence d'honneur. Une réaction qui a "un peu choqué" Jean-Marie Le Pen. "Je pensais profiter de l'occasion pour rétablir l'unité du Front national" à cinq mois d'échéances clefs, réagit l'homme du 21 avril 2002 auprès de RTL.fr.

Il est vrai que la situation est paradoxale. Comme le note Florian Philippot, le bras droit de Marine Le Pen et opposant interne à Jean-Marie Le Pen. Son maintien à la fonction de président d'honneur "fait rire dans les chaumières. Imaginez quelqu'un qui serait président d'honneur sans être adhérent, qui dirige même une structure concurrente du Front national (avec ses propres comités Jeanne au secours, ndlr)".

Réhabilité dans ses fonctions par la justice et plus riche de 15.000 euros d'indemnités de dommages et intérêts, le président d'honneur du parti (depuis 2011), créé par ses soins en 1972, est ravi de cette décision de justice. "Je me réjouis, je n'ai jamais cessé d'être président d'honneur (dont les prérogatives sont bien plus importantes qu'un adhérent lambda : participation au bureau politique, au bureau exécutif, à la commission d'investiture et des conflits, ndlr). Je donnerai mon avis, je dirai ce que je pense, mais ce n'est pas moi qui détermine la ligne", reconnaît toutefois le député européen de 88 ans.

À lire aussi
Emmanuel Macron face aux maires, dans l'Eure Emmanuel Macron
Débat : "Il y a un côté cure de jouvence" pour Macron, dit Roquette

Je pourrais hésiter à soutenir Marine à la présidentielle

Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du Front national, contacté par RTL.fr
Partager la citation

Ces données en tête, que peut dorénavant espérer Jean-Marie Le Pen ? Sa voix peut-elle encore peser dans le débat autour de la stratégie du parti ? Difficile de le croire. "Je n'appartiens pas à l'équipe présidentielle de Marine", confie-t-il dans un sourire. D'autant plus improbable que les Le Pen ne s'adressent plus la parole depuis plus d'un an et demi : après ses propos négationnistes tenus dans les colonnes du magazine Rivarol. La relation glaciale entre les deux animaux politiques du Front national avait été immortalisée le 1er mai 2015 au pied de l'opéra Garnier. Pas un échange, pas même un regard n'avait filtré à la tribune entre le père et sa fille.

Jean-Marie Le Pen à la tribune le 1er mai 2015, contre la volonté de sa fille Marine.
Jean-Marie Le Pen à la tribune le 1er mai 2015, contre la volonté de sa fille Marine. Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Leurs tensions, ajoutées à leurs divisions sur la stratégie, pourraient-elles conduire Jean-Marie Le Pen à nuire (encore un peu plus) à sa fille. S'il a financé une partie de la campagne de Marine Le Pen via l'association Cotelec (qui a financé toutes les campagnes du Front national : départementales, régionales, européennes), il ne soutient pas officiellement sa candidature à la présidentielle. "Je pourrais hésiter à soutenir Marine Le Pen si sa ligne électorale s'écartait de la ligne nationale que je défends. Son programme pour la présidentielle doit être en phase avec le programme du Front national", réclame-t-il.

J'ai contesté la théorie de dédiabolisation de Marine Le Pen

Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du Front national, auprès de RTL.fr
Partager la citation

Pourtant, Jean-Marie Le Pen se retrouve en grande partie dans les discours de sa fille. "Si j'écoute les discours de Marine Le Pen, à 95% ils sont 'Jeanmaristes'. Ils portent sur la démocratie, l'immigration, le chômage..." À l'en croire, seule la méthode les sépare. "Il y a un certain nombre de points que Marine Le Pen pensent bénéfiques sur le plan électoral. Pas moi. J'ai contesté la théorie de dédiabolisation de Marine Le Pen par rapport à l'évolution de l'opinion. L'opinion est radicalisée, Marine prône une image plus modérée. La victoire de Trump aux États-Unis, contestataire de l'establishment, est significative."

Entre 20 et 25 comités 'Jeanne d'Arc au secours' lancés depuis septembre 2016

Le 18 novembre, Florian Philippot évoquait la "concurrence" au Front national qu'aurait instaurée Jean-Marie Le Pen. Le 28 septembre, il lançait, en effet, le premier comité 'Jeanne d'Arc, au secours !' en Seine-et-Marne. Selon ses estimations, entre 20 et 25 comités ont vu le jour depuis. Pourraient-ils dans les faits venir défier le FN ? "Ces comités distribueront un label national aux candidats (aux législatives, ndlr) qui le demanderont et qui en seront jugés dignes", détaille Jean-Marie Le Pen.

Un candidat étiqueté 'Jeanne d'Arc au secours !' pourrait donc se retrouver opposé à un candidat Front national aux législatives : Jean-Marie Le Pen ne dément pas l'hypothèse. "C'est avant tout une question de personnalité, de programme : les critères seront définis au début de l'année 2017", conclut celui qui admire le "très beau rosier bleu" qui s'épanouit dans son jardin à Montretout. L'origine du logo de Marine ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Front national Jean-Marie Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785848519
Jean-Marie Le Pen : "Je pourrais hésiter à soutenir Marine à la présidentielle"
Jean-Marie Le Pen : "Je pourrais hésiter à soutenir Marine à la présidentielle"
INTERVIEW - Le député européen, célèbre pour ses phrases polémiques, siégera dans toutes les instances du parti frontiste.
https://www.rtl.fr/actu/politique/front-national-et-maintenant-que-peut-esperer-le-president-d-honneur-jean-marie-le-pen-7785848519
2016-11-18 19:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/_dPQPFLVpFLDLdz8BJYU3A/330v220-2/online/image/2015/0907/7779634999_000-par8264054.jpg