1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Front national : "Chez les Le Pen, la tragédie grecque a déjà eu lieu", estime Alba Ventura
3 min de lecture

Front national : "Chez les Le Pen, la tragédie grecque a déjà eu lieu", estime Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - Grâce à la justice, Jean-Marie Le Pen a retrouvé son titre de président d'honneur du FN. Il est rétabli dans tous ses droits. Pour la journaliste, c'est retour à la case départ.

Alba Ventura
Alba Ventura
Front national : "Chez les Le Pen, la tragédie grecque a déjà eu lieu", estime Alba Ventura
02:57
Front national : "Chez les Le Pen, la tragédie grecque a déjà eu lieu", estime Alba Ventura
02:58
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura

La justice a donné raison mercredi 8 juillet à Jean-Marie Le Pen. Le patriarche de la famille Le Pen est donc toujours adhérent du Front national, toujours président d'honneur du parti, alors que sa fille voulait tourner la page. Retour vers le futur ? En fait, on hésite plutôt entre Papy fait de la Résistance, l'Emmerdeur ou le Tonton Flingueur. En tout cas à 87 ans, il sait toujours se servir de la justice.

Il n'est pas avocat comme sa fille Marine. Mais il n'a pas oublié qu'il avait été le président de la Corpo de droit à Assas, dans les années 50. Il a utilisé sa dernière arme, sa dernière cartouche. Il aura droit à un nouveau show, à une nouvelle scène, puisque le tribunal a annulé le congrès par courrier qui devait lui retirer son titre de président d'honneur. Cela implique que le Front national va devoir organiser un congrès physique. Sauf si l'appel formulé par le parti invalide la décision des juges.

Jean-Marie le Pen n'attend que ça : des projecteurs braqués vers lui, des micros et des caméras. Il a déjà prévu d'y prendre la parole, d'y dire ses quatre vérités. C'est une forme de baroud d'honneur pour lui. Même s'il y a quelque chose d'assez pathétique à voir le dernier tour de piste de ce vieil acteur qui n'aspire qu'à mourir sur scène.

La messe est dite

La querelle se prolonge. Il y a un nouvel épisode dans la série. Mais la série touche à sa fin. Le désaccord politique s'est mué en duel juridique, mais la messe est dite. Politiquement, Jean-Marie le Pen a perdu. L'ancien patron du Front national a essayé de sauver les apparences en menant cette guérilla devant les tribunaux. Mais il n'y a plus de sujet "Jean-Marie Le Pen" pour les Français. Il y avait un sujet en 2002. Mais en 2015, il n'existe plus.

À écouter aussi

Alors, il ne se privera pas de se faire inviter dans les médias, d'accorder des interviews dans Rivarol pour remettre un euro dans la machine sur le "détail". Mais son pouvoir de nuisance, en réalité, est très limité.

Il est évident que Marine Le Pen a sous-estimé la roublardise de son père

Alba Ventura

Ce n'est donc pas un problème pour Marine Le Pen. C'est davantage un sujet de contrariété pour elle. Évidemment, elle fait mine de le prendre par-dessus la jambe, alors qu'en réalité elle est à la fois affectée et agacée.

On l'a entendue dire qu'elle attendait "sereinement" l'issue du référendum interne au parti. "Sereinement" ? Elle s'était un peu avancée. Il est évident qu'elle a sous-estimé la roublardise de son père. Elle était persuadé qu'elle en aurait terminé avec lui avant les vacances.  

Plus un désagrément qu'un problème

Pour autant, les électeurs du Front national ont toujours soutenu la décision de suspendre Jean-Marie Le Pen. Il n'y a pas eu de manifestation, pas de scission pour s'y opposer. Les sympathisants du FN se moquent bien pas mal des banderilles que Jean-Marie Le Pen plante dans le dos de sa fille. Ce qui les intéresse, c'est ce qu'elle propose aux élections, régionales et présidentielle.

C'est vrai que ça lui fait perdre du temps et de l'énergie. C'est vrai que ça fait perdurer cette ambiance de conflit et de psychodrame familial. Elle ne va pas aux régionales l'esprit libre. Cela vient perturber sa communication sur le dossier grec, alors que le FN espère assister à la fin de la zone euro.
C'est plus un désagrément qu'un vrai problème. Disons que chez les Le Pen, la tragédie grecque a déjà eu lieu. La fille a déjà tué le père... même si il bouge encore.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/