1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Hollande tient à défendre son bilan

François Hollande tient à défendre son bilan

CONFIDENTIELS RTL - Selon ses proches, qui lui demandent pourtant de prendre du recul, François Hollande trépigne d'impatience.

François Hollande en Arles, le 21 juillet 2017
François Hollande en Arles, le 21 juillet 2017
Crédit : AFP / Bertrand Langlois
Pauline De Saint-Rémy : François Hollande tient à défendre son bilan
03:28
François Hollande tient à défendre son bilan
03:31
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
Journaliste

C'est mardi 5 septembre que François Hollande prendra officiellement les rênes de sa fondation "La France s'engage". Provisoirement présidé par Martin Hirsch, cet organisme existe depuis 2014 et dispose de six salariés permanents. Il a pour but de promouvoir des initiatives d'intérêt général dans tous les domaines. C'est donc dans ce cadre que l'ancien chef de l'État va décorer plusieurs lauréats, à l'occasion de différents déplacements.

Mais qu'on ne s'y trompe pas. François Hollande n'y aura pas de bureau et n'y consacrera pas tout son temps. Loin de là. Il est d’ailleurs attendu prochainement à Dubaï et en Italie, où il donnera des conférences ("non rémunérées", précise son entourage). Ce sera, sans nul doute, l'occasion pour lui de distiller encore quelques messages politiques, comme il l'a fait à plusieurs reprises cet été.

"Lui, on lui pardonne tout"

Il faut dire que "l'ex" trépigne d’impatience. Surtout si l'on en juge par les témoignages de ses proches, que François Hollande reçoit beaucoup dans ses nouveaux bureaux de la rue de Rivoli. Certains lui conseillent pourtant de continuer à prendre du recul. Mais rien n'y fait. L'intéressé tient à défendre son bilan. "Il n'a pas trouvé très fair-play que personne ne dise rien sur les bons chiffres de la croissance", confiait par exemple jeudi 31 août l'un de ses conseillers.

Même chose quand il entendait parler cet été d'un supposé "effet Macron" sur certains indicateurs économiques. François Hollande aurait encore du mal à le digérer. "Lui, on lui pardonne tout", dit-il à propos de son successeur, comme l'a raconté Paris-Match.

À lire aussi

Une amertume qui explique sa petite pique du 22 août dernier, en marge d'un festival à Angoulême. Il s'était confié à des journalistes en conseillant au président Macron de ne pas demander trop de "sacrifices  inutiles" aux Français. Et ce en pleines concertations avec les partenaires sociaux sur la loi Travail. Une petite phrase qui a fait du bruit et qui lui a "fait du bien", toujours à en croire l'un de ses confidents.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/