3 min de lecture François Hollande

François Hollande sur France 2 : Manuel Valls et Emmanuel Macron remis à leur place ?

Peu avant la fin de son intervention dans "Dialogues Citoyens", le chef de l'État a eu quelques mots à l'attention de son premier ministre et de son ministre de l'Économie.

François Hollande sur le plateau de France 2 pour l'émission "Dialogues Citoyens", le 14 avril 2016
François Hollande sur le plateau de France 2 pour l'émission "Dialogues Citoyens", le 14 avril 2016 Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

La magie n'a pas opéré. François Hollande s'est adressé directement aux Français, jeudi 14 avril dans l'émission Dialogues Citoyens. À un an de l'élection présidentielle, l'enjeu était de taille pour le président de la République, qui fait face à la montée du chômage, aux manifestations des jeunes dans la rue contre la loi Travail et à la reculade sur la déchéance de nationalité. Sa prestation n'a donc pas convaincu les quatre citoyens, présents sur le plateau pour l'interroger. Sur les réseaux sociaux, François Hollande s'est aussi attiré les foudres des internautes, après avoir annoncé que la France "va mieux".

C'est lorsqu'il a commenté les déclarations et les actions politiques au sein de son gouvernement que François Hollande s'est le mieux illustré. La veille de l'interview, Manuel Valls s'était plié au même exercice dans les colonnes de Libération. Le Premier ministre avait lancé le débat sur le port du voile à l'université. "Aujourd'hui, la laïcité est confrontée à la montée de l'islam radical mais aussi à la place de l'islam dans nos sociétés. Je crois en mon pays, à son message et à ses valeurs universelles". Interdire le foulard islamique à l'université ? "Il faudrait le faire", expliquait Manuel Valls.

Pas de loi sur le port du voile à l'université

Interrogé sur cette question, François Hollande a répondu : "Non, il n'y aura pas d'interdiction à l'université. L'université est un lieu de liberté avec des règles qui ont toujours été celles de la liberté politique, syndicale, religieuse (…) Il n'y aura pas de loi sur le voile et il n'y a aucune règle constitutionnelle qui d'ailleurs ne le permettrait". Le président de la République a cependant reconnu que ce qu'a dit le Premier ministre "était très juste", "on ne peut pas dans l'université avoir du prosélytisme, de l'intrusion dans les cours, avoir une pression sur un certain nombre d'enseignements". Selon notre éditorialiste politique, Alba Ventura, "il a tenté de réaffirmer son autorité sur Manuel Valls".

Emmanuel Macron "sous l'autorité" de François Hollande

Autre cible des piques de François Hollande : Emmanuel Macron. Après le lancement de son mouvement politique "En Marche" et l'interview de son épouse dans Paris Match, le ministre de l'Économie a été en porte-à-faux avec la volonté affiché du chef de l'État de réformer jusqu'au bout. Le chef de l'État a rappelé que son ministre est "un promoteur de l'innovation technologique, c'est sa tâche. Ensuite, qu'il veuille s'adresser aux Français, aller chercher des idées nouvelles, aller les convaincre, je ne vais pas l'en empêcher (...) Il doit être dans l'équipe, sous mon autorité".

À lire aussi
François Hollande à Paris, en 2017 Lille
François Hollande "regrette" avoir été empêché de tenir une conférence à Lille


Et d'insister : "Il est dans l'équipe et sous mon autorité (...) J'en suis sûr parce que c'est, entre nous, non pas simplement une question de hiérarchie, il sait ce qu'il me doit, c'est une question de loyauté personnelle et politique". 

La rédaction vous recommande

Lire la suite
François Hollande Manuel Valls Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants