1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Hollande ne promet plus l'inversion de la courbe du chômage
1 min de lecture

François Hollande ne promet plus l'inversion de la courbe du chômage

Le président de la République s'en remet au retour de la croissance pour stopper la hausse du chômage.

François Hollande. (archives)
François Hollande. (archives)
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Romain Renner
Romain Renner

La courbe du chômage ne s'inversera pas. "Pas tant que la croissance restera inférieure à 1%", en tout cas. Invité de France Inter ce lundi 5 janvier, François Hollande ne renouvelle pas la promesse d'inversion de la courbe du chômage qu'il avait faite en 2013 puis en 2014, sans le résultat escompté.

Selon le président de la République, la "progression de la population active" gêne la baisse du chômage quand, dans le même temps, l'Allemagne vit la situation "inverse". Le nombre d'Allemands qui quittent le marché du travail est actuellement supérieur à celui des jeunes qui l'intègrent.

Dépasser le 1% de croissance

"Je fais tout pour que la croissance soit la plus haute possible, assure François Hollande. Je vais faire en sorte, avec le pacte de responsabilité et la loi activité-croissance, d'avoir plus de 1% en 2015 et encore plus en 2016". Pour ce faire, le Président affirme ne pas compter seulement sur les patrons et en appelle notamment à la "grande réforme du compte formation".

Cette dernière donne la possibilité à chaque personne de disposer d'un capital formation. Et François Hollande de rappeler qu'à l'heure actuelle, "sept branches (professionnelles, ndlr) ont signé des engagements en termes d'emplois. Cela concerne quatre millions de personnes (...) Nous en voulons plus de cinquante pour toucher 15 à 20 millions de Français".

À lire aussi

Conscient que la France pâtit d'une croissance plus faible que les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Espagne ou l'Allemagne, François Hollande invoque l'administration précédente. "Quand je suis arrivé au pouvoir, nous avions des déficits plus élevés (que nos rivaux, ndlr), 60 milliards d'euros de déficit de la balance commerciale et un déficit supérieur à 5%. Mon élection n'a pas tout réglé d'un coup".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/