9 min de lecture François Hollande

Revivez la conférence de presse de François Hollande

MINUTE PAR MINUTE - François Hollande a donné rendez-vous à des dizaines de journalistes pour la sixième conférence de presse depuis sa prise de fonction à l'Élysée.

>
Écoutez l'intégralité de la sixième conférence de presse de François Hollande à l'Élysée Crédit Image : ALAIN JOCARD / AFP | Durée : | Date :
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

C'est un exercice délicat auquel François Hollande va se soumettre pour la sixième fois depuis sa prise de fonction à l'Élysée. Dans un contexte social et économique difficile, le président de la République devra se montrer convaincant alors qu'un sondage RTL - Le Figaro montrait qu'une majorité de Français refusait qu'il soit de nouveau candidat lors de l'élection présidentielle de 2017. 

Selon le rituel désormais bien rôdé de ce rendez-vous semestriel, François Hollande fera face dès 11 heures et pendant deux heures à un parterre de plus 200 journalistes réunis à l'Elysée, ce lundi 7 septembre. L'occasion pour lui d'évoquer la crise des migrants, la possible extension des frappes contre Daesh en Syrie, la question de l'assouplissement du code du travail ou encore la baisse d'impôts promise dès 2016. Une baisse qu'il devrait détailler et préciser alors que selon Les Échos, celle-ci devrait concerner l'impôt sur le revenu des familles modestes et moyennes et pourrait atteindre les deux milliards d'euros

12h58 - La sixième conférence de presse de François Hollande est désormais terminée. Au menu ? La question de la crise des migrants, mais aussi la fiscalité, le droit du travail et la COP21. 

12h55 - Le débat entre Parti socialiste et Europe-Écologie-Les Verts est toujours d'actualité. François Hollande ne ferme pas la porte aux Verts. "Les écologistes sont les bienvenus au gouvernement. Tous ceux qui veulent travailler dans notre équipe sont les bienvenus en respectant les règles définies"

À lire aussi
François Hollande, le 7 mai 2019 à Paris diplomatie
Offensive turque en Syrie : François Hollande évoque trois moyens de pression

12h49 - Si le Premier ministre finlandais a mis à disposition sa maison secondaire pour accueillir des migrants, cela ne devrait pas être le cas pour François Hollande. "Je n'ai pas de résidence secondaire disponible. Je comprends ce geste, mais franchement, ce que l'on attend de moi, c'est de prendre des décisions."

Je n'ai pas de résidence secondaire disponible. Je comprends ce geste, mais ce que l'on attend de moi, c'est de prendre des décisions

François Hollande
Partager la citation

12h46 - Marine Le Pen a réagi sur Twitter aux déclarations de François Hollande sur les migrants et l'accueil de 24.000 réfugiés sur deux ans.

12h40 - Si l'état actuel de la gauche est souvent critiqué, François Hollande a voulu prouver à la gauche qu'elle "savait gouverner". Mais si le Président refuse d'être "dirigeant de parti", il confesse que "la dispersion, c'est la disparition. Cela vaut pour tous les partis" a-t-il déclaré. Avant d'ajouter : "Mon camp, c'est celui de la France. Quand elle est à la hauteur, elle gagne toujours à la fin". 

12h36 - François Hollande confirme un "projet de loi pour l'égalité, contre les discriminations et plus largement pour l'égalité" à venir. L'objectif ? "Permettre aux citoyens de mieux vivre ensemble". Les transports, le sport et le travail seront notamment concernés par ce projet. 

12h30 -
L'émission "RTL Midi" prend exceptionnellement une tournure spéciale ce lundi 7 septembre avec la conférence de François Hollande. Une émission spéciale à écouter en direct sur RTL et RTL.fr.

Parmi les invités ? Valérie Pécresse, députée et candidate des Républicains aux régionales, Florian Philippot, vice-président du Front national, Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière et Christian Paul, député socialiste. 

12h25 -
"Je ne suis pas favorable à l'élargissement de l'assiette de la redevance télé aux objets connectés (...) Des réflexions sont engagées", a déclaré François Hollande alors que Delphine Ernotte, nouvelle présidente de France Télévision, avait réclamé davantage de publicités et de redevance. 

12h19 - "La durée légale du temps de travail ne changera pas" a réaffirmé François Hollande au sujet des 35 heures. 
Manuel Valls avait déjà recadré le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, qui avait fait une sortie remarquée à la veille de l'université d'été du Parti socialiste. 

La durée légale de travail ne changera pas. Ensuite qu'il y ait des négociations sur l'application de cette durée légale, c'est déjà possible

François Hollande
Partager la citation

"La durée légale de travail ne changera pas. Ensuite qu'il y ait des négociations sur l'application de cette durée légale, c'est déjà possible, beaucoup d'entreprises d'ailleurs s'y sont engagées (...) mais cela se fait dans le cadre des lois qui valent pour tous et des garanties fondamentales". 

12h15 - Sur Twitter, le compte du parti de Nicolas Sarkozy a invité ses abonnés à suivre la conférence de presse du président de la République avec le mot-clé "GrHollande".

12h13 - Autre sujet sur lequel François Hollande est resté très évasif : l'élection présidentielle 2017. "Ce qui m'intéresse aujourd'hui n'est pas mon sort personnel", a-t-il déclaré alors que c'est selon lui, c'est "une évidence morale" que si le chômage ne baisse pas, sa candidature ne sera pas d'actualité. 

"Je me suis engagé sur le chômage car c'était l'enjeu de 2012. Ce que les Français demandent c'est des résultats, pas d'excuses (...) Je veux que la France réussisse, et la France de 2017 sera celle qu'on aura construite", rappelle-t-il. 

12h06 - La difficile question du dialogue social et de la simplification du droit du travail arrive sur le devant de la scène. Des réformes toujours bien floues alors qu'aucune annonce n'a été détaillée. "C'est pas des totems, c'est des tabous (...) On va ouvrir largement le champ du dialogue social. Au terme de ce processus, le code du travail (...) sera bien adapté à la situation des entreprises et permettra de bien protéger les salariés."

12h01 -
Et si le chef de l'État maintient une baisse d'impôts en 2016, il refuse d'augmenter les taxes : "Il ne peut être question d'augmenter des taxes pour baisser les impôts (...) Les Français qui vont avoir des baisses d'impôt sont aussi ceux qui avaient les heures supplémentaires défiscalisées". 

11h58 -
Après cette longue séquence sur la crise des migrants, François Hollande évoque et répond à une question sur l'économie et plus spécifiquement la croissance. "La croissance reprend, pas suffisamment mais nous auront certainement un peu plus de 1% de croissance cette année. La croissance pourrait être de 1,5% l'année prochaine", a-t-il exprimé évoquant un "objectif raisonnable". 

11h55 - Si la question d'un "Brexit" est de plus en plus d'actualité au Royaume-Uni, François Hollande a affirmé vouloir garder le Royaume-Uni : "La France souhaite que le Royaume-Uni reste au sein de l'Europe". 

11h49 - 
"Face à une situation extrêmement difficile en Syrie, François Hollande s'est montré extrêmement ferme quant à Bachar el-Assad.

"C'est lui qui est responsable de la situation en Syrie, c'est lui qui a tiré sur son peuple, c'est lui qui a bombardé des civils, c'est lui qui a utilisé des armes chimiques. Le maintien de Bachar el-Assad n'est pas possible. C'est la position que nous voulons faire partager avec la Russie et l'Iran. La solution ne passe pas par Bachar el-Assad, à terme il doit partir", a déclaré le chef de l'État. 

La rédaction vous recommande

11h45 -  "La France n'est pas dans la même situation que l'Allemagne. L'Allemagne pense qu'elle aura 800.000 personnes. Si je ne m'attache qu'au droit d'asile, nous en aurons 60.000 en 2015", a répondu le président de la République concernant le refus d'utilisation du terme "quotas". "J'ai refusé ce terme car il véhiculait de l'ambiguïté. Le seul changement c'est que c'est obligatoire", a-t-il déclaré. 

Si je ne m'attache qu'au droit d'asile, nous aurons 60.000 réfugiés en 2015

François Hollande
Partager la citation

11h44 - François Hollande a confirmé ce lundi des baisses d'impôts pour 2016, assurant qu'elles concerneront "plus de 8 millions" de foyers pour un montant total de "plus de 2 milliards d'euros". 

La rédaction vous recommande

11h40 - "Nous ne pouvions pas laisser l'Allemagne seule. Si nous n'avons pas une politique d'ensemble, le système explosera et cela marquerait la fin de Schengen. Nous avons besoin de l'Europe mais l'Europe a besoin de solidarité (...) Voilà ce qu'est l'Europe", a-t-il déclaré. 

11h36 -
Pour apporter des réponses à cette crise des migrants, François Hollande plaide pour des centres dans les pays d'origine ou de transit pour éviter une "crise humanitaire gigantesque". "Il faut des centres d'enregistrements pour permettre l'inscription et l'identification des arrivants (...) Pour ceux qui sont déjà arrivés et relèvent du droit d'asile, il y aura ce mécanisme permanent et obligatoire", a-t-il répété. 

11h32 -
Si les Français se montrent hostile à l'accueil des réfugiés, François Hollande refuse de céder sur ce terrain. "Pensez-vous sur une question comme celle-ci qu'il faudrait déterminer son choix en fonction de sondages ?"

Le chef de l'État propose notamment un sommet international sur la question des migrants organisé à Paris. Une proposition qui fait écho à celle de Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste. 

11h28 - Interrogé sur les frappes françaises en Syrie, François Hollande a rappelé que la France était déjà prête à mener un conflit ouvert contre Bachar Al-Assad lors de l'été 2013. Et si des frappes aériennes sont possible, l'envoi de troupes au sol, contrairement à ce qui a été fait au Mali, n'est pas d'actualité. Cela serait "irréaliste" et "inconséquent".

"La France travaille pour que des solutions politiques soient trouvées en Syrie. Nous devons parler avec tous les pays qui peuvent favoriser une transition politique. Rien ne doit être fait pour consolider la position de Bachar el-Assad", a commenté le chef de l'État qui affirme que la France a "toujours pris ses responsabilités face au terrorisme"

11h24 - Le Président a annoncé avoir mis en place "un mécanisme permanent et obligatoire d'accueil des réfugiés avec une répartition entre les pays". La France devrait accueillir 24.000 réfugiés sur deux ans.

La rédaction vous recommande

11h20 - François Hollande a terminé son allocution. Place aux questions des journalistes à présent. 

11h19 -
À la fin de son discours, François Hollande a évoqué les questions économiques que se posent des millions de Français alors qu'une baisse d'impôts a été promise par l'actuel gouvernement. Plus de deux milliards d'euros seront consacrés à la baisse des impôts en 2016 et 8 millions de foyers seront concernés.

11h15 - Le président de la République a annoncé un large débat "dans les jours qui viennent" au Parlement sur la question des réfugiés. L'armée française va mener une opération aérienne "dès demain" en Syrie afin de lutter contre l'État islamique.

"J'ai demandé au ministre de la Défense que dès demain des vols de reconnaissance soient organisés au-dessus de la Syrie pour envisager des frappes contre Daesh", a précisé François Hollande. 

11h10 - François Hollande a annoncé l'accueil de 24.000 réfugiés sur les deux prochaines années.
Une annonce qui fait suite à la proposition établie avec Angela Merkel d'une répartition obligatoire des réfugiés. 

11h08 - "Le droit d'asile fait partie intégrante de l'âme de la France (...) C'est pourquoi, face à ces drames et cette situation, j'ai proposé un mécanisme permanent et obligatoire d'accueil des réfugiés", a rappelé François Hollande. 

11h05 -
Le président de la République démarre son discours, qui devrait durer une dizaine de minutes, par la situation actuelle marquée par la crise des migrants. "Il y a des réfugiés par milliers sur les routes d'Europe, il y a un enfant sans vie posé sur le sable d'une plage turque. Un enfant martyr symbole des 3.000 naufragés qui ont trouvé la mort", a-t-il déclaré.

"Face à ce qui peut faire naître de l'émotion et de la compassion, il nous revient de répondre à l'urgence et de faire des choix qui compteront pour l'Histoire et des choix qui doivent dessiner notre avenir". 

11h02 - François Hollande est arrivé. La sixième conférence de presse démarre. 

11h00 -
Les membres du gouvernement sont arrivés dans la salle. François Hollande est attendu dans quelques minutes. 

10h55 - La conférence de presse doit commencer dans cinq minutes. Plus de 200 journalistes, de 63 médias français et étrangers sont attendus à l'Élysée. 

10h40 - François Hollande attaque cette sixième conférence de presse dans une posture une nouvelle fois compliquée. Selon un sondage Ifop pour RTL -Le Figaro, le président de la République serait éliminé dès le premier tour de l'élection présidentielle de 2017, avec 19% des voix. Avec Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé, les Républicains arriveraient en deuxième position derrière Marine Le Pen et le Front national. 

Selon ce même sondage, la majorité des Français ne souhaitent même pas voir l'actuel Président se présenter pour les élections de 2017. 

10h05 -
Autant dire que le chef de l'État est attendu au tournant ce lundi dans un contexte extrêmement difficile socialement et économiquement. François Hollande devra apporter des réponses concrètes sur différents sujets comme la crise des migrants ou la baisse d'impôts notamment

10h00 - À une heure du début de la sixième conférence de presse de François Hollande, la salle des fêtes de l'Élysée est prête. Le pupitre et le micro est en place. 

09h55 - Une conférence à suivre en direct commenté sur notre site et sur les réseaux sociaux. N'hésitez pas à réagir avec le hastag #ConfPR sur Twitter et sur les réseaux sociaux. 

09h45 - François Hollande est attendu à partir de 11 heures à l'Élysée. Après une intervention d'une dizaine de minutes, le chef de l'État répondra aux questions des quelque 200 journalistes présents.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande France Migrants
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants